Effets indésirables des médicaments et pharmacovigilance

Effets indésirables des médicaments et pharmacovigilance.
Les déclarations de pharmocovigilance sont importantes pour mieux connaître l'efficacité et les effets indésirables des médicaments.
Lorsque l’on donne un médicament à son animal, on s’intéresse souvent aux effets indésirables rapportés dans la notice. Cela permet d’en savoir plus sur les risques potentiels liés au médicament. Les effets indésirables sont connus grâce aux études menées avant la mise sur le marché des médicaments mais aussi grâce aux déclarations de pharmacovigilance réalisées suite à l’administration des médicaments aux animaux de compagnie.

 

Pour être mis en vente, un médicament doit obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Pour cela, des études sont réalisées afin d'évaluer en autre l’efficacité et l’innocuité du médicament. En France, l’autorité qui s’occupe de l’évaluation du risque des médicaments vétérinaires est l’Agence Nationale du médicament Vétérinaire (ANMV).

Les effets indésirables identifiés sont rapportés dans la notice du médicament ainsi que leur fréquence. Certains effets indésirables ne sont pas connus avant la mise sur le marché du médicament car les études portent sur un nombre limité d'animaux. L’utilisation des médicaments chez un plus grand nombre d'animaux permet de découvrir des effets indésirables non connus et mieux évaluer la fréquence des effets indésirables.

Après la mise sur le marché des médicaments, il est donc important de surveiller les effets indésirables observés chez les animaux et les humains afin d’évaluer au mieux les risques liés aux médicaments : c’est ce qu’on appelle la pharmacovigilance. Cela permet d’améliorer la connaissance des médicaments vétérinaires afin de pouvoir les utiliser en toute sécurité. Les humains peuvent présenter des effets indésirables suite à l’administration du produit à un animal ou suite au contact avec l’animal qui a été traité. Cela permet également de mieux connaître l’efficacité des médicaments en analysant notamment les déclarations relatives au manque d’efficacité des médicaments.

Les déclarations de pharmacovigilance peuvent être effectuées par les vétérinaires, les pharmaciens ou les propriétaires d’animaux. Les effets indésirables chez l’homme peuvent être déclarés par les professionnels de santé ou les propriétaires. Les déclarations de pharmacovigilance peuvent se faire par téléphone, par courrier ou par internet.

Il est important de déclarer tous les effets indésirables rencontrés chez les animaux ou les humains même s’il n’y a pas de preuve que le médicament est responsable comme les effets indésirables graves ou non rapportés dans la notice du médicament. Il est aussi conseillé de déclarer les effets indésirables moins graves, une suspicion de manque d’efficacité, etc… Les effets indésirables liés à une utilisation hors AMM (chez une autre espèce que l’espèce de destination par exemple) ou liés à une erreur d’utilisation (surdosage, mauvaise voie d’administration…) doivent également être déclarés.

Les déclarations de pharmacovigilance sont étudiées par l’ANMV ou par le Centre de pharmacovigilance vétérinaire de Lyon (CPVL).

En fonction des effets indésirables rapportés, des mesures peuvent être prises pour plus de sécurité : modifications de la notice (ajout d’effets indésirables, de précautions d’emploi ou de contre-indications), retrait du médicament du marché, etc…

Crédit photo Fotolia.