L’angiostrongylose canine

L'angiostrongylose chez le chien
Cette maladie parasitaire est transmise aux chiens par l'ingestion de mollusques (limaces, escargots).
L’angiostrongylose est une maladie parasitaire rencontrée chez le chien et le renard. Cette maladie touche le cœur et les poumons. Elle est transmise aux chiens par l’ingestion de mollusques (limaces, escargots). Le traitement consiste notamment en l’administration d’un médicament antiparasitaire. Il est possible de protéger les chiens de manière préventive contre cette maladie.

 

L’angiostrongylose canine : qu’est-ce que c’est ?

L’angiostrongylose est une maladie due à un parasite nommé Angiostrongylus vasorum. Elle est rencontrée dans toute l’Europe et elle s’étend de plus en plus ces dernières années.

Angiostrongylus vasorum est un ver rond (nématode) pouvant mesurer jusqu’à 2,5 cm. Les parasites adultes sont rencontrés dans le cœur et les poumons des chiens et des renards. Les chiens et les renards sont ce qu’on appelle des hôtes définitifs : le parasite devient adulte et il se reproduit chez eux.

Les chiens se contaminent en ingérant un hôte intermédiaire : un mollusque (limace, escargot). Celui-ci héberge des larves qui évoluent (passage du stade L1 au stade L3). Les larves infectieuses pour les chiens et les renards sont les larves L3.

Une fois ingérées par le chien, les larves traversent la paroi intestinale. Elles rejoignent les artères pulmonaires où elles évoluent en adulte. Les adultes sont présents dans le cœur droit et dans les artères pulmonaires. Ils se reproduisent et des larves L1 apparaissent. Ces dernières sont retrouvées dans les alvéoles pulmonaires puis dans le tube digestif (après avoir remonté l’appareil respiratoire jusqu’au pharynx puis été dégluties).

Les larves L1 sont éliminées dans les selles de l’animal (6 à 8 semaines après l’infestation du chien ou du renard). Elles ne sont pas résistantes dans le milieu extérieur : elles doivent donc infester rapidement un mollusque. Les larves L1 évoluent et atteignent le stade L3 au bout de 2 semaines.

Le diagnostic de cette maladie se fait par identification des larves dans les selles de l’animal lors d’une analyse de selles. Un test a également été développé afin de dépister cette maladie à partir du sang de l’animal. D’autres examens complémentaires peuvent apporter des informations pour le diagnostic : radiographie pulmonaire, lavage broncho-alvéolaire, etc…

 

Quels sont les symptômes rencontrés lors d'angiostrongylose ?

Les symptômes rencontrés chez le chien sont essentiellement cardio-respiratoires.

La plupart des symptômes sont liés à la présence des adultes dans le cœur droit et les artères pulmonaires. Ils sont responsables d’une hypertension pulmonaire, d’un dysfonctionnement du cœur droit et d’une pneumonie. Les chiens présentent alors de la toux ou des difficultés respiratoires.

Les larves migrant dans les poumons sont aussi responsables d’une irritation pouvant conduire à des difficultés respiratoires chez le chien.

Les chiens peuvent aussi présenter des troubles de la coagulation du sang (coagulopathie) ainsi que des symptômes non spécifiques (abattement, perte d’appétit, etc…).

 

Quels sont les traitements et les moyens de prévention ?

Le traitement consiste en l’administration d’un médicament efficace contre le parasite Angiostrongylus vasorum. Un traitement symptomatique sera également mis en place. Il varie en fonction des symptômes présentés par l’animal.

Des traitements antiparasitaires permettent de protéger les chiens de cette maladie. Votre vétérinaire traitant pourra vous conseiller sur le traitement le plus adapté afin de prévenir cette maladie dans les régions endémiques. Il est aussi conseillé de ne pas laisser votre chien consommer des limaces et des escargots.

 

Crédit photo Fotolia.