La maladie valvulaire dégénérative chez le chien

La maladie valvulaire dégénérative chez le chien
La maladie valvulaire dégénérative touche surtout les chiens de petite taille comme les Teckels par exemple qui sont prédisposés à cette maladie.
La maladie cardiaque la plus fréquente chez le chien est la maladie valvulaire dégénérative. Elle touche préférentiellement les chiens de petite taille. Certains sont prédisposés comme les chiens de race Cavalier King Charles. Nous vous proposons d’en savoir plus sur cette maladie, son diagnostic et son traitement.

 

Quelques rappels concernant le fonctionnement du cœur :

Le cœur est composé de deux parties : le cœur droit et le cœur gauche. Le cœur est un muscle capable de se contracter et d’envoyer le sang aux poumons (petite circulation) et aux organes (grande circulation).

Le sang arrive au cœur par les veines au niveau des oreillettes. Le sang est ensuite envoyé dans les ventricules et il quitte le cœur par les artères.

Des valves sont présentes entre les oreillettes et les ventricules. Elles empêchent le reflux de sang dans les oreillettes lorsque les ventricules se contractent. La valve présente entre l’oreillette gauche et le ventricule gauche est appelée valve mitrale, celle présente entre l’oreillette droite et le ventricule droit est appelée valve tricuspide.

 

Qu’est-ce que la maladie valvulaire dégénérative ?

La maladie valvulaire dégénérative est la maladie cardiaque acquise la plus fréquente chez le chien. Elle touche essentiellement la valve mitrale présente entre l’oreillette et le ventricule gauches. Dans un tiers des cas, la valve tricuspide est aussi touchée.

Cette maladie touche préférentiellement les chiens de petite taille d’âge moyen à avancé. Il existe certaines races de chiens prédisposés comme les Teckels ou les chiens de race Cavalier King Charles.

Chez les chiens de race Cavalier King Charles, la maladie apparait plus précocement et elle se développe plus rapidement que dans les autres races. Les mâles sont touchés plus sévèrement que les femelles. La maladie apparaît vers l'âge de 3 à 4 ans chez les mâles et 4 à 5 ans chez les femelles.

La maladie valvulaire dégénérative est due à une dégénérescence progressive de la valve mitrale (et moins fréquemment de la valve tricuspide). Celle-ci ne joue plus son rôle de clapet entre l’oreillette et le ventricule : on observe alors un défaut d’étanchéité et un reflux de sang du ventricule vers l’oreillette gauche lors de la contraction du ventricule. Cela conduit à un excès de sang au niveau de l’oreillette et une diminution du volume de sang envoyé dans les artères.

C’est une maladie évolutive chez le chien. Le reflux de sang peut conduire à une dilatation de l’oreillette et du ventricule gauches puis à une hypertension artérielle pulmonaire et à un œdème des poumons (insuffisance cardiaque gauche). 

 

Comment la diagnostiquer ?

Au début de l’évolution,  l’animal ne présente pas de signe clinique. Un souffle est par contre audible par le vétérinaire à l’auscultation cardiaque : il est dû au reflux de sang du ventricule vers l’oreillette lorsque le ventricule se contracte.

L’intensité du souffle permet de classer le souffle en grades (de 1 à 6), le grade 6 correspondant au souffle le plus sévère.

Lors de l’évolution de la maladie, le grade du souffle augmente progressivement et des symptômes apparaissent : fatigue, intolérance à l’effort, etc…

Si un souffle est audible à l’auscultation, alors d’autres examens complémentaires pourront être réalisés afin d’évaluer la sévérité de la maladie : échocardiographie, radiographie, électrocardiogramme, etc…

 

Quels sont les traitements à mettre en place ?

Le traitement de la maladie valvulaire dégénérative est essentiellement médicamenteux : il repose sur la prescription de médicaments qui améliorent le fonctionnement du cœur, limitent les lésions au niveau cardiaque, etc… Un traitement hygiénique doit également être suivi : il est tout d’abord important de veiller au poids de l’animal car un surpoids est néfaste pour la santé des chiens notamment au niveau cardiaque. Il faut aussi éviter les sorties aux heures chaudes en été, éviter les périodes de stress et d’excitation, etc…

Une alimentation hyposodée est aussi souvent recommandée : il existe des aliments thérapeutiques spécialement conçus pour les chiens souffrant de pathologies cardiaques (sur prescription vétérinaire).

Les traitements permettent d’améliorer la qualité de vie de l’animal et ralentir l’évolution de la maladie mais ils ne permettent pas de le guérir.

Des contrôles réguliers sont nécessaires afin de suivre l’évolution de la maladie valvulaire dégénérative et ajuster si besoin le traitement. La fréquence des suivis est fixée par le vétérinaire en fonction de la sévérité de la maladie.

De façon plus anecdotique, une intervention chirurgicale peut être proposée afin de réparer la valve en question. Cela nécessite un personnel qualifié et un matériel coûteux, cette pratique est très peu pratiquée en France pour le moment. Elle permet toutefois de guérir les chiens dans près de 85% des cas, les chiens ne nécessitent alors plus de traitements après l’intervention.

Crédit photo Istock.