L’hémangiosarcome de la rate chez le chien

L'hémangiosarcome de la rate chez le chien
Certaines races sont prédisposées comme les chiens de race Golden Retriever par exemple.
L’hémangiosarcome splénique est une tumeur de la rate malheureusement relativement répandue chez le chien. Il doit fréquemment faire l’objet d’une intervention chirurgicale en urgence et son pronostic est souvent mauvais, ce qui en fait un vrai défi pour les vétérinaires.

 

La rate : quèsaco ?

La rate est un organe qui joue un rôle important dans l'immunité et dans le renouvellement des cellules sanguines. Elle participe à l’hématopoïèse, c’est-à-dire à la production des cellules du sang. En outre, elle intervient dans le stockage des plaquettes et des globules rouges (= hématies).

Située en avant de l’abdomen, un peu en arrière du diaphragme, la rate, de couleur rouge foncée est accolée à l’estomac.

La rate constitue une réserve sanguine et a la capacité de se contracter pour libérer du sang dans l’organisme en cas de besoin accru (effort intense, hémorragie…).

Malgré toutes ses propriétés, la rate n’est pas un organe indispensable à la vie. Son ablation, appelée splénectomie, reste donc tout à fait possible lorsqu’elle est nécessaire (rupture suite à un traumatisme, torsion de rate, masse…).

 

Les tumeurs de la rate            

Les tumeurs de la rate représentent 7% des tumeurs rencontrées chez le chien. Elles sont beaucoup plus rares chez le chat.

La tumeur de la rate la plus fréquemment rencontrée est l’hémangiosarcome (appelée hémangiosarcome splénique). Certaines races y sont prédisposées : le berger allemand, le golden retriever, le labrador, le boxer, le caniche…

Il est important de souligner que toutes les masses sur la rate ne sont pas des tumeurs malignes. On peut aussi avoir par exemple de simples hématomes, des hémangiomes (tumeurs bénignes)…

Lorsqu’il s’agit de tumeurs malignes, ce qui représente environ un cas sur 2, leur pronostic est souvent mauvais. En effet, la forte vascularisation de la rate fait que ces tumeurs ont tendance à métastaser rapidement.

 

Conduite à tenir face à une masse splénique

Une masse sur la rate peut parfois être sentie par le vétérinaire lors d’une palpation abdominale. Il se peut aussi qu’une telle masse soit visualisée à la radiographie, à l’échographie ou au scanner.

Dans tous ces cas, lorsqu’une masse splénique est mise en évidence, il est impératif que cette dernière soit attentivement considérée et explorée (examen d’imagerie, bilan sanguin…). Suivez dans tous les cas à la lettre les recommandations de votre vétérinaire traitant, qui pourra vous référer s’il le juge nécessaire. La plupart du temps une chirurgie consistant en l’ablation de la rate sera indiquée.

Il n’est pas rare que les masses sur la rate ne soient dépistées que tardivement, lors de rupture de cette organe. Une hémorragie abdominale est alors présente. L’animal est généralement très abattu, en état de choc, a les muqueuses pâles, peut avoir des difficultés respiratoires et un abdomen distendu. Dans ce cas, la chirurgie sera pratiquée en urgence, avec pour premier objectif : stopper l’hémorragie. Si besoin, des examens complémentaires et un bilan d’extension (bilan sanguin, échographie abdominale et/ou cardiaque, radiographies thoraciques…) pourront être pratiqués dans un second temps.

 

Traitements et pronostic des hémangiosarcomes spléniques

En présence d’une masse splénique, la chirurgie est de mise. Ce n’est qu’après analyse histologique que la nature de la masse peut être déterminée et donc le diagnostic éventuel d’hémangiosarcome splénique établi.  Si cela n’a pas été réalisé préalablement à la chirurgie, le bilan d’extension évoqué ci-dessus permet de savoir s’il y a déjà ou non des métastases et donc d’affiner le pronostic (qui est bien entendu assombri par la présence avérée de métastases).

La décision d’un protocole de chimiothérapie peut ensuite être prise. Si besoin et s’il ne l’est pas lui-même, le vétérinaire traitant peut alors référer vers un spécialiste en cancérologie.

Les données bibliographiques montrent un pronostic défavorable pour les hémangiosarcomes de la rate. Après la chirurgie seule (splénectomie), les études montrent une médiane de survie inférieure à 3 mois (19 à 86 jours). Si cette chirurgie est suivie d’une chimiothérapie et selon les protocoles utilisés, la médiane de survie avoisine péniblement les 6 mois. Une étude réalisée en 2012 a montré tout l’intérêt d’un extrait de champignon, le PSP de Coriolus versicolor,  avec un retardement de l’apparition des métastases une médiane de survie de 199 jours. Le PSP de Coriolus versicolor est désormais disponible en France sous forme de complément alimentaire pour les chiens et les chats : il s’agit du Versikor500®.

Si votre chien était atteint d’un hémangiosarcome splénique, référez-vous scrupuleusement aux recommandations de votre vétérinaire traitant et échangez avec lui sur les possibilités thérapeutiques, afin de garantir à votre compagnon une survie prolongée, mais aussi et surtout une qualité de vie optimisée.

 

 

 

Crédit photo istock.