L'AVC : accident vasculaire cérébral chez le chien

AVC chez le chien
Les AVC sont plus rares chez le chien que chez l'homme
L'AVC ou accident vasculaire cérébral fait peur, on en entend souvent parler chez l'homme et on sait que c'est une réelle urgence. Qu'en est-il chez le chien, existe-t-il aussi ? A quoi est-il du, comment le diagnostiquer et que faire pour le prendre en charge ?

 

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation du sang dans le cerveau est compromise.

Les accidents vasculaires cérébraux peuvent être de deux sortes :

  • Ischémiques (occlusion d’un vaisseau sanguin), ils privent les cellules du cerveau d’oxygène et de glucose
  • Hémorragiques (rupture d’anévrisme par exemple), ils entrainent une accumulation de sang dans le cerveau et augmentent la pression intracrânienne

Les symptômes sont d’apparition soudaine sans aucun traumatisme chez un chien qui allait parfaitement bien la minute d’avant : perte d’équilibre, tête penchée, nystagmus (mouvement d’oscillation involontaire et rythmique du globe oculaire), tournis, crises…

 

Les AVC sont rares chez les chiens, les AVC ischémiques sont plus fréquents que les hémorragiques.

Dans la majorité des cas chez un chien âgé, les symptômes de perte d’équilibre, de tête penchée avec un nystagmus sont dus à un syndrome vestibulaire idiopathique.

 

Le diagnostic passe par la réalisation d’une IRM de l’encéphale. L’IRM permet de mettre en évidence la présence d’une masse dans le cerveau (tumeur), d’une encéphalite, d’un traumatisme, d’une hémorragie, d’un thrombus qui bouche un vaisseau.

 

La prise en charge thérapeutique consiste à traiter les nausées et les vomissements s’il y en a, à mettre le chien sous perfusion, sous oxygène éventuellement selon son état et votre vétérinaire vous donnera éventuellement ensuite un traitement en comprimés à lui faire prendre.

Il peut y avoir des séquelles et des récidives sont possibles.

Crédit photo istock.