Chien allergique : Que faire ?

Il existe une alimentation spécifique pour les chiens allergiques
Différents tests vous permettront de détecter l'allergie de votre chien

Votre chien souffre d'allergies ? La gestion des chiens allergiques est un travail de longue haleine qui nécessite beaucoup de rigueur. Éradiquer l'allergène est l'idéal, mais encore faut-il l'avoir identifié et que cela soit possible. Et ce n'est bien malheureusement pas toujours possible.

 

Que faire ?

Le traitement de ces allergies est difficile. Il repose tout d'abord sur le traitement des complications (infections bactériennes ou infections par des levures) à l'aide de shampooings et de différents médicaments. L'utilisation de corticoïdes ou d'anti-histaminiques lors de crises importantes et de shampooings calmants est généralement recommandée.

Il est indispensable de pratiquer un contrôle du parasitisme, aussi bien des vers digestifs que des puces, qui rendent le chien plus sensible et augmentent la réponse allergique. Un régime hypoallergénique pourra également être mis en place. Il existe des croquettes spécialement conçues pour les chiens allergiques (à base de viandes blanches ou d'agneau et de riz, ainsi que des aliments recourant à des hydrolysats de protéines).

On devra évidemment éliminer les allergènes du milieu de vie du chien si on les connaît (produits ménagers, gamelles, puces).

 

Et si rien de tout cela ne marche ?

Lorsque ces premiers traitements échouent, les vétérinaires peuvent recourir à différentes méthodes afin d'affiner leur diagnostic et d'essayer de déterminer la nature exacte des allergènes responsables de la maladie.

  • Les tests cutanés

Comme chez l'homme, on peut réaliser des tests cutanés (skin tests). Ils consistent à injecter dans le derme du chien des petites quantités des allergènes les plus fréquents et de contrôler la réaction 20 minutes et 48 heures après. Seuls certains vétérinaires, spécialisés en dermatologie, pratiquent cet examen. Pour le pratiquer, il est indispensable que le chien ait une peau saine, et donc, que les complications aient été traitées auparavant. Le chien ne devra également avoir reçu aucun médicament avant le test.

  • Les dosages sanguins

Il existe également des dosages sanguins qui permettent de déterminer les allergènes responsables. Différents tests sont actuellement disponibles et votre vétérinaire est à même de vous conseiller et de les réaliser.

  • Le régime d'éviction

Il consiste à faire manger au chien des aliments qu'il n'a jamais ingéré. Ce régime devra être extrêmement strict (aucune friandise ni aucun reste de table !). Il devra être poursuivi pendant 10 semaines parfois avant de montrer des résultats.

Si le chien ne présente plus de symptômes, on pourra essayer de redonner toutes les semaines un nouvel aliment, afin de savoir si le chien y est allergique ou non (les symptômes reprendront alors rapidement).

Cette démarche est certes laborieuse, mais elle permet d'identifier de manière certaine les aliments responsables de l'allergie si elle est pratiquée correctement.

Une fois les allergènes identifiés, il sera possible de limiter au maximum leur présence dans le milieu de vie du chien, voire de les éliminer : aspiration des poussières, traitements anti-puces drastiques, abattage d'arbres, régime alimentaire particulier.

  • La désensibilisation

Le chien reçoit des injections de préparations d'allergènes. Elles sont souvent efficaces et permettent de limiter considérablement les symptômes de l'allergie.

Bien que de longue haleine et avec des résultats parfois décevants, de telles démarches valent vraiment la peine d’être accomplies, car elles peuvent dans certains cas améliorer grandement le confort du chien, ainsi que la vie de son propriétaire !

 

Crédit photo Eric Isselée iStockPhoto.