Le chien agressif avec ses congénères

Pour une bonne entente
Une bonne cohabitation entre chiens nécessite quelques précautions
Tout chien peut manifester des conduites agressives envers d’autres chiens, on parle d’agressions intra spécifiques. Ces comportements peuvent avoir lieu entre des animaux vivant dans le même foyer (agressions dites intra-meute) et/ou en dehors du groupe familial (agressions dites extra-meute). Ainsi les propriétaires peuvent rencontrer des difficultés à la maison lorsque plusieurs chiens vivent ensemble ou bien lors de l'arrivée d'un nouveau chien, mais aussi lors de sorties, souvent synonymes de rencontres avec d'autres chiens.

 

 

Au sein du foyer

Le plus souvent, des conflits entre les chiens d’une même famille sont liés à des manifestations hiérarchiques et ce problème est fréquemment décrit lors de l’arrivée d’un chien adulte. On assiste parfois également à une dégradation de l’entente entre deux chiens vivant ensemble, lorsque le plus jeune grandit et que l’équilibre hiérarchique est remis en cause.

Sans être à l’origine du problème, les propriétaires peuvent malgré eux le renforcer ou l’aggraver en début d’évolution, par exemple en intervenant à mauvais escient ou en protégeant excessivement le chien « agressé ». Bien sûr l’objectif est d’éviter les bagarres à l’origine de blessures ! Le plus judicieux est de faire le point avec un vétérinaire éventuellement spécialisé en comportement afin de bien analyser la situation et trouver des solutions satisfaisant tous les membres de la famille. La castration et d’éventuels traitements médicamenteux peuvent être proposés dans les situations préoccupantes. En attendant, l’idée est de limiter les situations identifiées comme déclenchantes des conflits (lieux, personnes, actions, …) et séparer les chiens lors de la distribution des repas par exemple, les jeux, …  Les maîtres peuvent aussi, tout en renforçant leur autorité à la maison, stimuler les contacts à l’extérieur avec d’autres chiens (club canin, balades,…) en félicitant les comportements positifs.

Les phéromones d’apaisement et compléments alimentaires visant à réduire le stress semblent fort indiqués en prévention lors de l’adoption d’un nouveau chien à la maison, aussi bien qu’en soutien à des thérapies comportementales via un professionnel.

 

En dehors du foyer

Le problème est plus complexe, et les propriétaires déstabilisés par les réactions imprévisibles graves lors de rencontres en promenade. Diverses situations peuvent être observées, comme :

- Les agressions défensives : le chien qui a « peur » adopte une attitude explicite (poils hérissés et port de queue élevé, oreilles couchées, ou au contraire affaissement et queue entre les jambes,…)

- En liberté et surtout en laisse, certains chiens manifestent des conduites agressives qui ont lieu ou sont exacerbées en présence du maître, à l’image d’une réaction protectrice

- Le chien qui garde un mauvais souvenir, et l’a associé à tel autre chien, …

- La hiérarchie ou la défense du territoire peuvent aggraver les situations précédentes.

La conduite à tenir se rapproche des conseils cités plus haut, en accord avec l’aide d’un professionnel. Des séances éducatives en club canin s’avèrent souvent bénéfiques, notamment pour la désensibilisation (rencontres fréquentes et progressives avec des chiens calmes), renforcée par un contre-conditionnement efficace (féliciter les réactions souhaitées, ignorer les comportements agressifs).

 

Dans tous les cas et notamment lors de la suspicion d’un flou hiérarchique concernant le chien à la maison, quelques principes « classiques » restent de rigueur, afin que le chien ait sa juste place dans le foyer. Sans recourir à la force ou la brutalité, quelques réflexes anodins et simples sont très souvent conseillés :

- ne surtout pas laisser le chien passer la nuit avec vous sur le lit ou même juste dans la chambre. Il faut qu'il dorme dans une autre pièce, au calme et sans pouvoir surveiller la vie familiale (comme dans le couloir ou le salon).

- être à l’initiative des contacts et jeux c'est-à-dire ne pas répondre systématiquement aux sollicitations de votre chien quand il vient chercher des caresses, mais aller soi-même le chercher pour jouer, le caresser, ...

- le faire manger après la famille, car dans la nature c'est le dominant qui mange en premier. En effet, il faut absolument qu'il mange après vous, dans un lieu isolé et en absence de son maître. La gamelle doit être retirée au bout d'un quart d'heure même s'il n'a pas fini, il mangera mieux au prochain repas.

 

En conclusion, toute manifestation agressive, quelque soit le contexte et l’âge du chien, doit être prise au sérieux. Il est prudent de faire vérifier la santé du chien par le vétérinaire traitant afin d’écarter notamment un phénomène douloureux (arthrose par exemple) à l’origine de réactions anormales dues à une appréhension. Ensuite le comportement est abordé plus en détail :des solutions existent afin que la vie à maison soit des plus agréables, et les sorties un plaisir pour votre (ou vos) compagnon(s) !

Crédit photo 07-12-11 © GlobalP.