Que faire en cas de marquage urinaire du chat ?

marquage urinaire chat
Le marquage peut être territorial
L’urine de chat à la maison fait partie des choses les plus désagréables et lorsqu’un chat urine en dehors de sa litière ou marque partout chez vous, la situation devient rapidement insupportable. Essayons de comprendre ce qui se passe, pourquoi votre chat fait cela et ce que vous pouvez faire dans ce cas…

 

1) Bien nettoyer l’urine

Il est extrêmement important de bien nettoyer la zone souillée par l’urine de votre chat, en effet s’il continue à sentir l’odeur de son urine, il peut continuer de marquer à cet endroit…

N’utilisez jamais de javel pour nettoyer une zone souillée inappropriée, car la javel attire le chat et l’encouragera à recommencer à cet endroit. Au contraire utilisez bien la javel pour laver sa caisse à litière une fois par semaine.

Pour nettoyer une zone souillée par l’urine : absorbez tout d’abord toute l’urine avec de l’essuie tout, puis lavez avec de l’eau et un détergeant efficace, éventuellement du vinaigre blanc associé à de l’eau gazeuse (vous pouvez laisser ce mélange agir quelques minutes sur la zone). Si votre chat a éliminé sur un linge, rincez-le sous l’eau et mettez le tout de suite à la machine à laver.

Attention : il ne faut jamais gronder votre chat, ni crier, ni punir de manière physique, ni jamais « lui mettre le nez dedans », le chat ne comprend pas cela, cette réprimande développe encore plus d’anxiété chez lui, il aura peur de vous et le problème risque de s’aggraver au contraire !

 

2) Déterminer s’il s’agit de marquage ou d’élimination ?

Il est important de reconnaître ces deux types d’émission d’urine car leurs causes et donc leur traitement ne sont pas les mêmes.

Lors de marquage urinaire, le chat renifle d’abord la zone verticale (un mur ou un meuble par exemple), il peut réaliser un flehmen (c’est-à-dire qu’il retrousse ses lèvres pour respirer en utilisant l’organe voméro-nasal situé sur son palais pour sentir les phéromones). Ensuite il se retourne, reste bien debout, le dos bombé, la queue verticale et frétillante, il peut miauler et il émet quelques gouttes d’urine sur le support vertical. Enfin il se retourne à nouveau et renifle la zone marquée.

S’il s’agit d’élimination, le chat s’accroupit après avoir gratté ou pétrit le support, émet une vraie flaque d’urine, puis gratte la zone avec sa patte : c’est la séquence de recouvrement.

 

3) Recherchez la cause pour agir

Si le chat n’est pas castré, il est fréquent qu’à partir de l’âge de 6 mois il se mette à faire du marquage sexuel. Souvent dans ce cas les spots d’urine sont situés près des issues de l’habitation.

Dans ce cas la solution est la castration, le plus rapidement possible pour faire disparaître ce comportement.

Le marquage peut également être territorial : le cas typique est lié à ce que l’on appelle une déterritorialisation, c’est-à-dire que le chat ne se sent plus chez lui parce qu’on a apporté par exemple de nouveaux meubles, qu’on a repeint une pièce, un déménagement, une absence prolongée du chat (après un séjour en hospitalisation ou en pension), lors de l’arrivée d’un nouvel animal ou d’un nouvelle personne à la maison (bébé, nouveau compagnon, etc…).

Le chat aime avoir le contrôle de son espace, de ses affaires… S’il sent qu’il perd le contrôle sur son territoire, il se met à marquer ou à éliminer de manière inappropriée. Ils sont dérangés par quelque chose ou quelqu’un, développent de l’anxiété à un certain point et nous le font savoir… Votre chat a besoin d’être rassuré.

Vous pouvez alors utiliser des phéromones apaisantes comme le Feliway en spray ou en diffuseur et même associer les deux. Ces phéromones ont un effet réellement calmant sur les chats et réduisent le besoin de marquer car le chat a l’impression d’être bien chez lui lorsqu’il sent ses analogues de phéromones. Utilisez le spray autour des zones habituelles de marquage et le diffuseur dans la pièce la plus fréquentée par le chat.

Si votre chat se met subitement à éliminer en dehors de sa litière cela peut être le signe d’une maladie (cystite par exemple) ou d’un mal être. Il faut alors en parler à votre vétérinaire : une consultation s’impose.

 

Crédit photo istockphoto.