Chiens hypertypés et sélection canine

Sélection canine et chiens hypertypés
Les chiens brachycéphales sont sujets à des problèmes de santé (digestifs, respiratoires, etc...). Une sensibisation des propriétaires est nécessaire.
Ces dernières années, plusieurs races de chien présentant des caractéristiques morphologiques exagérées (hypertypes) ont fait l’objet d’un engouement sans précédent : Basset Hound, Shar-Pei, Bouledogue Français, Berger-Allemand… Ces hypertypes ne sont pas sans conséquence sur la santé et le bien-être des chiens. Des mesures doivent être mises en place pour limiter les effets négatifs de la sélection canine sur la santé et la qualité de vie de ces animaux.

 

Qu’est-ce qu'un chien hypertypé ?

Auparavant la majorité des chiens étaient croisés. Les propriétaires ont désormais essentiellement des chiens de race ou apparentés et le nombre de chiens inscrit au LOF augmente chaque année.

Les chiens sont sélectionnés avant tout sur des critères esthétiques. Cela a conduit dans certaines races à l’apparition de caractéristiques morphologiques exagérées : on parle de chiens hypertypés. Les chiens hypertypés présentent des caractères exagérés par rapport à ce qui est écrit dans le standard de race voire même des caractéristiques qui n’appartiennent plus au standard de race.

Plusieurs races sont concernées : Berger Allemand, Basset Hound, Shar-Pei, Chow-Chow, Bouledogue Français…

Il faut savoir que ces dérives esthétiques ont des conséquences sur la santé et le bien-être des animaux. Les chiens brachycéphales par exemple sont sujets aux affections respiratoires, digestives, cutanées...

Les hypertypes ne concernent pas que les chiens mais aussi les chats, les Nacs, les chevaux et les animaux de rente.

Il existe aussi des hypertypes comportementaux chez les chiens sélectionnés pour leur aptitude au travail (border collie, malinois, etc…) moins fréquents que les hypertypes morphologiques. Cela peut conduire à des animaux ayant des difficultés à s’adapter à une vie en tant qu’animaux de compagnie (troubles du comportement, chiens extrêmement sensibles, etc…).

 

Quelles sont les mesures à mettre en place pour limiter ces dérives ?

Les vétérinaires et la Société Centrale Canine se mobilisent pour lutter contre les hypertypes. Plusieurs mesures sont possibles afin de limiter les dérives de la sélection canine.  

Il est tout d’abord nécessaire d’informer et de sensibiliser les propriétaires. En effet, beaucoup de propriétaires ne sont pas au courant des effets des hypertypes sur la santé et le bien-être des animaux. Une étude réalisée au Royaume-Uni par la British Veterinary Association a montré que ¾ des propriétaires de chiens brachycéphales ne sont pas au courant des problèmes de santé rencontrés chez ces chiens. La British Veterinary Association propose de mettre en place des visites chez un vétérinaire avant l’adoption de ces animaux pour une sensibilisation des propriétaires.

Les vétérinaires ont également un rôle à jouer par exemple en tenant un registre des animaux ayant subi une intervention en lien avec ces conformations extrêmes (comme une rhinoplastie chez les chiens brachycéphales).

Ensuite, il est important que les éleveurs, les clubs de race et les juges d’exposition respectent les standards de race et les interprètent correctement de façon à ne pas mettre en avant les hypertypes mais au contraire à les défavoriser.

Enfin, un effort doit être fait de la part des médias pour ne pas mettre en avant ces animaux hypertypés dans les films, les publicités, etc…

 

 

 

Crédit photo Fotolia.