Le fly-biting ou gobage de mouche chez le chien

fly-biting
le cavalier King-Charles semble une race plus touchée par le fly-biting
Votre chien gobe des mouches imaginaires ? Il fixe son regard dans le vide devant lui puis se précipite en avant pour mordre comme s’il voulait attraper quelque chose que vous ne voyez pas ? Ce comportement est appelé fly-biting ou fly-snapping.

 

Qu’est-ce que le fly-biting ?

Ce comportement de gobage de mouches imaginaires survient souvent sans raison apparente et peut être décrit comme une hallucination.

On peut le comparer à un trouble obsessionnel compulsif. Il peut également être considéré comme de l’épilepsie focale.

Certains chiens atteints présentent aussi d’autres signes : ils peuvent courir après leur queue, se lécher les pattes, etc…

Ce comportement apparaît en général chez le jeune chien. La race cavalier King Charles est plus touchée, mais également d’autres races : berger allemand, bouvier bernois, schnauzer nain… Une composante héréditaire est suspectée.

Les épisodes peuvent durer quelques secondes à quelques heures et sont parfois tellement fréquents qu’on peut avoir l’impression que le chien ne s’arrête jamais. Toutefois on arrive chez certains chiens à interrompre le comportement en les appelant, en leur lançant un jouet, en interagissant avec eux…

Attention il ne faut jamais punir un chien qui a ce comportement de gobage de mouches imaginaires, cela ne sert à rien et peut entrainer de l’anxiété qui peut être un facteur aggravant…

 

Les causes du fly-biting

Le fly-biting peut être classé comme une manifestation d’épilepsie. Si le chien présente, en plus des épisodes de gobage de mouches, des crises convulsives complètes alors il est probable que l’épilepsie soit en cause.

Chez le cavalier King Charles, on explore également d’autres pistes :

  • La syringomyélie : il s’agit d’une cavité qui se forme dans la moelle épinière, causée par une anomalie congénitale. La cavité crânienne est trop étroite et entraine un engagement du cervelet et un défaut de circulation du liquide cérébro-spinal. La syringomyélie peut provoquer des troubles nerveux et notamment un grattage compulsif au niveau du cou ainsi que d’autres comportement stéréotypés.
  • Une intolérance alimentaire : le traitement des problèmes digestifs s’il y en a peut permettre la résolution du comportement chez certains chiens.

 

Diagnostic et traitement du fly-biting

Le vétérinaire recherchera une anomalie cérébrale grâce à l’imagerie (IRM, scanner) et explorera d’éventuels troubles intestinaux afin de pouvoir traiter la cause.

Le diagnostic peut également être thérapeutique : si le chien répond bien au traitement antiépileptique, on pourra alors en conclure que ce comportement était bien une manifestation d’épilepsie focale.

Le traitement peut donc faire appel à des médicaments antiépileptiques. Si ceux-ci n’apportent aucune amélioration et que l’origine d’un trouble organique a été exclue, des inhibiteurs de la recapture de sérotonine ou des antidépresseurs peuvent être utilisés comme pour traiter un trouble obsessionnel compulsif.

 

Crédit photo istockphoto.