L’ichtyose du Golden Retriever

L’ichtyose du Golden Retriever
L'ichtyose peut être détectée précocément, grâce à l'existence d'un test génétique
L’ichtyose est une maladie dermatologique héréditaire caractérisée par un trouble de la kératinisation, se traduisant par une accumulation anormale de squames à la surface de la peau. Cette maladie est très fréquente chez le Golden Retriever, puisque plus de 50% des Golden Retriever en Europe sont porteurs de la mutation génétique responsable de l’ichtyose.

 

Comment se traduit l’ichtyose ?

L’âge d’apparition des premiers symptômes se situe entre 1 et 18 mois.

La maladie se traduit alors par la multiplication de pellicules de grande taille, blanchâtres ou noirâtres, visibles sur le dos et le ventre. La peau présente un aspect sale et écailleux, et devient sèche, rugueuse et hyper-pigmentée. Au toucher, la peau donne souvent une sensation de papier de verre.

Les signes cliniques sont plus ou moins importants selon les chiens.

Les propriétaires consultent ainsi souvent le vétérinaire pour un mauvais état de la peau et du pelage de leur chien.

Le chien ne présente en général pas de démangeaisons, sauf si une surinfection est présente.

Aucun signe clinique général n’est présent lors d’ichtyose, qui se traduit uniquement par des symptômes dermatologiques.

 

A quoi est due l’ichtyose du Golden Retriever ?

Il s’agit d’une maladie génétique, liée à la mutation d’un gène, qui se transmet selon un mode autosomique récessif. Cette mutation a été récemment identifiée.

Pour que la maladie s’exprime, le chien doit être porteur de deux allèles mutés.

Il existe de nombreux chiens porteurs de la mutation dans la race (qui n’ont qu’un seul allèle muté), qui peuvent donc transmettre l’anomalie à leur descendance. En effet, ces chiens ne présentent pas de signes cliniques et apparaissent donc sains : on les appelle porteurs sains.

Il est donc important de pouvoir détecter ces chiens porteurs sains, afin d’éviter d’accoupler deux chiens porteurs sains entre eux car cela peut conduire à la naissance de chiots atteints d’ichtyose.

Ceci est permis par l’existence d’un test de dépistage génétique depuis quelques années.

Ce test permet également de détecter précocement la maladie, avant que des complications apparaissent, et ainsi de mettre en place des soins adaptés pour éviter ces complications. Il permet également de diagnostiquer des formes cliniques peu graves, qui peuvent passer inaperçues pour le propriétaire.

 

Comment diagnostiquer l’ichtyose ?

Le diagnostic repose tout d’abord sur la clinique.

Dans les formes graves, le diagnostic est ainsi relativement simple, puisque que l’on observe de nombreuses squames sur le tronc et le ventre.

Il convient cependant de ne pas confondre l’ichtyose avec la cheylétiellose (maladie parasitaire à l’origine de squames).

Dans les formes plus discrètes, l’anatomopathologie permet le diagnostic.

Enfin, Le test de dépistage génétique permet de confirmer la maladie, qui peut être confondue avec d’autres pathologies comme la cheylétiellose, ou la dermatite atopique. Il est également très utile dans les cas de forme discrète d’ichtyose.

 

Comment traiter un chien atteint d’ichtyose ?

Le traitement est palliatif, et permet d’améliorer le confort de vie du chien et l’état de son pelage.

Il consiste ainsi en des mesures hygiéniques.

Le traitement topique consiste à éliminer l’excès de squames de surface, à corriger leur production excessive et à permettre une meilleure hydratation de la peau.

Pour cela, le propriétaire doit réaliser des shampoings régulièrement (une à deux fois par semaine), avec un shampoing spécifique, kératomodulateur et émollient. Le chien doit également être brossé régulièrement, et des émollients non gras peuvent être pulvérisés quotidiennement.

Enfin, une alimentation enrichie en acides gras oméga 3 peut aider à améliorer la qualité du pelage.

En cas de non réponse au traitement topique, un traitement systémique peut être mis en place.

Malgré tout le pronostic cosmétologique est réservé, et le traitement devra être poursuivi toute la vie du chien.

 

Comment prévenir l’ichtyose chez le Golden Retriever ?

L’existence depuis 2010 d’un test génétique permet de détecter la maladie précocement. Ce test permet également de détecter tous les chiens porteurs sains de la mutation.

Ce test permet ainsi aux éleveurs de réaliser une sélection génétique : la connaissance du statut génétique de leurs chiens permet d’éviter de faire reproduire les chiens atteints par la maladie ; mais également d’éviter de faire reproduire ensemble deux chiens porteurs sains, afin de ne pas faire naître de chiots atteints.

Ce test de dépistage génétique va ainsi permettre de réduire la fréquence de la maladie chez le Golden Retriever.

 

Les découvertes sur l’ichtyose du Golden Retriever permettent également d’aider la médecine humaine puisque l’ichtyose est une maladie qui est aussi rencontrée chez l’Homme.

Crédit photo Istock.