Ma chienne a des pertes

pertes vulvaires chienne
Les pertes peuvent être séreuses, hémorragiques ou/et purulentes
Des écoulements au niveau de la vulve peuvent parfois être observés chez la chienne. Si certains peuvent être physiologiques (normaux) comme pendant les chaleurs par exemple, dans certains cas ces pertes sont le signe d’une infection (vaginite, infection de l’utérus…).

 

Il est important dans un premier temps de savoir d’où viennent ces pertes.

Elles peuvent venir de l’utérus, du vagin ou du tractus urinaire (vessie, rein…). En effet les voies urinaires chez la chienne s’abouchent dans le vagin par l’urètre.

Attention il peut y avoir plusieurs affections : par exemple une vaginite associée à une cystite.

 

Les causes des pertes vulvaires chez la chienne

Les causes physiologiques des pertes vulvaires sont :

  • Les écoulements séro-hémorragiques pendant l’oestrus (les chaleurs), dans ce cas-là on observe également un œdème de la vulve
  • Les écoulements peri partum (autour de la mise bas) : bouchon muqueux, lochies post partum

Les pertes pathologiques peuvent être dues à plusieurs choses :

  • Si elles sont purulentes : pyomètre, métrite, vaginite, corps étranger, métrorragie…
  • Si elles sont hémorragiques : coagulopathie, traumatisme …
  • Si elles sont séreuses : herpes virose, tumeur vaginale, hyperplasie vaginale, rémanence ovarienne…

 

Que faire lorsqu’une chienne a des pertes ?

La première chose à faire est de se situer dans son cycle, de savoir si elle pourrait être en chaleur. Le vétérinaire peut réaliser un frottis vaginal pour cela.

La consultation chez un vétérinaire est fortement conseillée dans les meilleurs délais afin de poser un diagnostic et de pouvoir traiter sans attendre des affections qui peuvent être graves.

N’hésitez pas à lire en détail notre fiche sur le pyomètre.

 

La vaginite est assez fréquente. Le vétérinaire réalisera un prélèvement et choisira de mettre un traitement local (nettoyage) ou par voie générale (anti-inflammatoires) avec parfois des antibiotiques. Il faut aussi limiter le léchage de la vulve par la chienne.

Les vaginites sont souvent dues à un problème anatomique : vulve encapuchonnée, brides vaginales… dans ce cas il est indispensable de traiter cette cause première.

A noter : chez la jeune chienne, une vaginite « juvénile » ou « pré-pubère » est possible avant les premières chaleurs. La plupart du temps cette vaginite disparaîtra lors des premières chaleurs, une fois qu’aura eu lieu l’imprégnation oestrogénique qui participe au développement des défenses immunitaires locales. Si une chienne est atteinte d’une vaginite avant les premières chaleurs, il est contre-indiqué de la stériliser avant celles-ci.

Bon à savoir : les pertes peuvent attirer les mâles même si la chienne n'est pas en chaleur !