Le sevrage du chiot

Bien conduire le sevrage
Le sevrage est une étape importante de la vie du chiot
Le sevrage chez le chien correspond à un arrêt progressif de l’alimentation lactée au profit d’une alimentation solide. Cette transition alimentaire est une étape très importante car au-delà de l’aspect purement nutritif, il existe une dimension comportementale du sevrage : il constitue en quelque sorte la fin des relations mère-chiot.

 

A quel moment ?

Il n’y a pas de date précise. Le sevrage débute vers la 3e semaine en moyenne, lorsque la production lactée de la mère ne peut plus satisfaire les besoins grandissants des chiots. Cela peut donc varier un peu en fonction des gabarits, du nombre de chiots dans la portée et de la santé de la mère.

Naturellement les chiots vont téter de moins en moins et vont s’intéresser à un aliment plus solide qu’il faudra mettre à leur disposition. La chienne est de plus en plus réticente à se laisser téter, d’autant plus qu’elle commence à être gênée par la pousse des dents de lait qui intervient dès la 5e semaine.

Des indices : pour les chiots de petit format ou les petites portées il n’y a en général aucun problème et la transition débute naturellement vers la 4e semaine. Dans d’autres cas il faut commencer le sevrage dès que la lactation ne suffit plus à couvrir les besoins des chiots. Pour s’en rendre compte, une pesée quotidienne des chiots est nécessaire : ils doivent prendre du poids régulièrement.

 

Le sevrage : en pratique

La conduite du sevrage est progressive et s’étale sur plusieurs semaines, on considère que les chiots sont sevrés vers l’âge de 7-8 semaines en général.

Vers la 3e ou 4e semaine, les chiots commencent à s’intéresser à ce qui les entoure et vont s’orienter vers la gamelle maternelle par mimétisme. On peut alors mettre un peu de lait maternisé dans une écuelle à bords bas pour les laisser laper. Vous trouverez sur le site Wanimo.com du lait maternisé adapté aux chiots.

Puis on ajoute une mousse de sevrage(par exemple un aliment à texture très moelleuse) ou des croquettes de sevrage ramollies en bouillie pour faciliter la préhension et la mastication. Ces aliments sont spécialement conçus et équilibrés en vitamines et minéraux. Ils ont une valeur énergétique élevée et conviennent donc aussi à la mère dont les besoins sont encore importants.

Des gamelles individuelles ou collectives sont mises à disposition pour plusieurs repas quotidiens, et on peut surveiller un peu afin de détecter les appétits capricieux ou les excès de consommation.

Les croquettes spéciales chiots sont introduites à la bouillie initiale et seront de moins en moins humidifiées.

Le conseil de l'expert Royal Canin :

Pendant le sevrage des chiots, les jeunes imitent leur mère : ils veulent manger la même chose qu’elle et si possible dans son assiette. Pendant les premières semaines qui suivent l’adoption d’un chiot, donnez-lui le même aliment que celui qu’il recevait avant d’arriver chez vous. N’ajoutez pas le stress du changement d’alimentation au stress de la séparation d’avec sa mère et du reste de la portée.

Retrouvez les croquettes Royal Canin pour chiots sur Wanimo.com.

 

Au-delà de l’alimentation : aspect comportemental

Le sevrage alimentaire est indissociable de la période de séparation physique entre la mère et les chiots. Tout en assurant leur alimentation, protection, toilette et éducation, la chienne va quitter le nid de plus en plus souvent. Mieux vaut ne pas les séparer trop brutalement afin de limiter le stress néfaste à l’équilibre mental et à la mise en place d’une bonne immunité.

La mère est une présence rassurante et elle participe à la familiarisation, l’acquisition des autocontrôles et de la communication propre au langage canin. C’est pourquoi il n’est pas conseillé d’adopter un chiot avant ses 2 mois.

L’indépendance va se créer naturellement, via l’exploration de l’environnement, les jeux entre frères et sœurs, etc… Le maître prend petit à petit le relais sur l’éducation, la propreté et la socialisation des chiots.

 

En cas de sevrage précoce ?

Idéalement la transition alimentaire ne doit pas être conduite trop vite. En effet, on constate une augmentation du risque d’apparition de troubles comportementaux (peurs et phobies, hyperréactivité aux bruits, recherche d’attention, …) lors de sevrage précoce (avant 30-40 jours).

Malheureusement parfois l’adoption peut être précipitée et il faut faire au mieux pour prendre le relais. Du lait maternisé pour chiot à reconstituer (pas de lait de vache, dont la composition est bien différente !) sera d’abord donné au biberon, puis le sevrage sera conduit naturellement et progressivement vers la 3e semaine.

 

En conclusion le sevrage du chiot marque la transition vers une nouvelle vie et aboutit souvent à l’adoption dans une nouvelle famille. N’hésitez pas à consulter nos fiches santé sur l’accueil du chien et son éducation !

 

Crédit photo salez.