Assurance santé animale : pourquoi souscrire dès le plus jeune âge ?

bichon havanais
Même les chiens d'intérieur peuvent être victimes d'accidents domestiques
Ne pas avoir à « subir » les délais de carence, ne pas attendre que son animal ait dépassé l’âge limite pour lui conférer une bonne couverture, être sûr que son compagnon pourra à tout moment bénéficier des meilleurs soins possibles : autant de bonnes raisons qui doivent inciter les maîtres à assurer leur chien ou leur chat le plus tôt possible.

Il est important, lorsque l’on veut protéger son animal, de l’assurer le plus tôt possible, dès son plus jeune âge. Cela permet effectivement, tout d’abord, de ne pas avoir à « subir » les délais de carence et de couvrir les éventuels frais en cas d’accident ou de maladie à venir.

Les délais de carences déterminent le laps de temps entre le moment de la souscription d’un contrat et celui où il devient valide. Ils permettent de confirmer qu’un animal de compagnie n’est pas atteint d’une maladie avant sa souscription ou n’a pas été victime d’accident.

S’il est déjà malade ou accidenté, cela ne constitue pas généralement une cause de refus de l’animal par l’assureur. En revanche, les frais inhérents aux pathologies déjà existantes ou les suites éventuelles qui en résulteront ne seront pas pris en charge.

Pas tous égaux face à la maladie

« L’assurance, c’est un peu un coup de poker ! », pensent certains maîtres. Effectivement, un animal peut vivre toute sa vie sans tomber malade ou sans être victime d’un accident. L’âge n’y fait rien non plus, mais les statistiques sont là : les jeunes chiots ne sont pas à l’abri, pas plus que leurs aînés. C’est même parfois l’inverse !

Car hormis le facteur « accidents de la vie », impossible à prévoir, tous les chiens ne sont pas égaux face à la maladie. Certaines races sont plus fragiles que d’autres. Un chien de race, même s’il ne met pas le bout de la truffe à l’extérieur, peut être malheureusement tomber malade.

Ensuite, la période de la croissance est primordiale. Une bonne alimentation, un suivi régulier des vaccinations, des antiparasitaires, et des vermifugations sont essentiels.
Enfin, quoi de plus intrépide voire inconscient qu’un chaton ? Fils électriques dans la maison, produits toxiques, objets blessants, fugue… ils ne mesurent pas les dangers domestiques et ceux du « monde » extérieur. Ce type d’accidents représente pourtant un taux élevé des motifs des consultations vétérinaires.

Si la médecine vétérinaire fait sans cesse d’énormes progrès, permettant de maintenir en bonne santé nos compagnons, elle a aussi un coût. Les examens et les actes peuvent être rapidement très élevés. Une bonne assurance santé animale permettra aux maîtres de pouvoir garantir les meilleurs soins possibles à leurs chien et leurs chats dès le départ pour les garder en bonne forme et le plus longtemps possible à leurs côtés.