La leishmaniose

Collier contre la leishmaniose
Il existe des produits efficaces contre les phlébotomes
La leishmaniose est une maladie transmise par les phlébotomes et sévissant principalement sur un large pourtour méditerranéen. Que vous viviez dans une région concernée par la maladie ou que vous soyez susceptibles d'y séjourner avec votre chien, même pour quelques jours, il est indispensable que vous connaissiez cette affection, le mode de contamination et surtout les mesures préventives à mettre en place.

Quels sont les signes de la maladie ?

La leishmaniose est une maladie chronique due à un protozoaire parasite (une leishmanie), c'est à dire un organisme microscopique qui se reproduit dans certaines cellules de l'organisme. Cette maladie est très répandue dans différentes régions du Monde. En Europe, elle concerne principalement le Bassin Méditerranéen. En France, la région méditerranéenne, la région du Sud-Ouest ainsi que certains départements de la région Rhône-Alpes comme l'Ardèche sont concernés. Cette maladie est en effet transmise par la piqûre d'un moustique bien particulier (il s'agit d'ailleurs plutôt d'un moucheron), le phlébotome, qui ne vit que dans certaines régions du globe. L'aire de répartition de la maladie dépend donc directement de l'aire de répartition de ce moustique.

Cette maladie est une zoonose (maladie commune au chien et à l'homme).

Chez l'homme, cette maladie n'atteint généralement que les personnes immunodéprimées ou les enfants. Les manifestations de la maladies sont également très variées. La maladie est également transmise à l'homme lors de piqûre par les phlébotomes. De rares cas de transmission chien-homme ont été soupçonnés, mais non confirmés.

La leishmaniose est une maladie d'évolution lente dans la plupart des cas, parfois très grave chez le chien. Tous les chiens piqués par le moustique ne développent heureusement pas la maladie ! Certains chiens sont prédisposés et il semble que certaines races ou certains individus autochtones soient naturellement protégés contre la maladie (ils hébergent le parasite sans être malades). Le moment d'apparition des symptômes est très variable d'un chien à l'autre (de un mois à 6 ans après la piqûre, parfois beaucoup plus). Ce protozoaire parasite les cellules de différents organes. Il est à l'origine de dommages multiples dans ces différents organes (foie, peau , rate, ganglion, rein).

De ce fait, les symptômes de cette maladie dépendent de la localisation du parasite dans l'organisme du chien. Ils peuvent apparaître simultanément ou séparément, ce qui rend le diagnostic d'autant plus difficile.

Les principaux symptômes essentiels de cette maladie sont les suivants :

  • Un amaigrissement progressif du chien.
  • Des problèmes cutanées. Les lésions de la peau sont généralement des lésions ulcératives (formant des « cratères » dans la peau) en particulier au niveau du nez, des oreilles, des coussinets. La peau présente souvent des pellicules en grand nombre (dermatite sèche) mais sans démangeaisons. Le chien malade peut également perdre ses poils.
  • Des saignements de nez plus ou moins fréquents et souvent impressionnants.
  • Des ongles anormalement longs.
  • Les ganglions, le foie et la rate qui augmentent de taille.

D'autres symptômes sont plus occasionnels comme :

  • Fièvre (pas toujours présente)
  • Une atteinte des yeux: les parasites peuvent également entraîner une inflammation des structures de l'œil (kétaro-conjonctivite, uvéite). Elle se manifeste par un œil rouge, larmoyant, douloureux, avec des écoulements.
  • Une atteinte rénale, qui peut être très grave et souvent irréversible. Elle se manifeste par une augmentation de la prise de boisson et par conséquent le chien urine plus et plus souvent.

 

Le diagnostic de la leishmaniose

Le vétérinaire va suspecter la leishmaniose lors de la présence de plusieurs symptômes essentiels et à condition que le chien vive ou ait séjourné dans les régions à risque. Ce diagnostic est parfois difficile car les signes de la maladie sont très variés et parfois discrets. Plusieurs examens sanguins (sérologie, électrophorèse des protéines) permettent de confirmer le diagnostic. Dans certains cas complexes, des analyses de la peau (calques, biopsies), de moelle osseuse ou des ganglions permettent de mettre en évidence le parasite.

 

Le pronostic de la leishmaniose

Le pronostic est toujours réservé car le traitement est long, pas toujours bien supporté par le chien et pas toujours efficace. Le traitement permet de faire disparaître les symptômes mais ne détruit pas tous les parasites présents dans l'organisme du chien. Les rechutes sont donc possibles. Si le chien malade présente une atteinte rénale, le pronostic est mauvais car les lésions rénales sont irréversibles.

 

Le traitement de la leishmaniose

Il existe un traitement spécifique pour cette maladie qui est réalisé sous forme d'injections, associé à la prise de comprimés. La durée et la fréquence du traitement est variable d'un chien à l'autre. Il dure souvent très longtemps (12 mois minimum et parfois à vie). Ce traitement est parfois mal supporté par le chien et doit être interrompu.
Le chien doit être suivi régulièrement par le vétérinaire traitant car les récidives sont fréquentes.
La présence d'une atteinte rénale est de très mauvaise augure généralement, car les lésions rénales sont irréversibles.

 

Comment se prémunir de cette maladie ?

Si vous vivez dans une région où la maladie sévit ou si vous devez y séjourner, il est important de garder votre chien enfermé dès le crépuscule. En effet, les moustiques qui transmettent la maladie (phlébotomes) sont actifs à la tombée de la nuit, surtout pendant la saison chaude. Cette précaution limite les risques de piqûres. La lutte contre les moustiques par des bombes ou des diffuseurs, ainsi que l'utilisation de moustiquaires permet également de les éviter.

Même si le risque de piqûre n'est pas totalement supprimé, nous vous conseillons d'utiliser le collier Scalibor ou des pipettes efficaces contre les phlébotomes, pour les chiens qui vivent ou séjournent dans les régions à risque.

b_250_0_16777215_00_images_articles_chien_leishmaniose-carte-2010.jpg

Enfin un vaccin réduisant le risque de maladie est à présent disponible, il concerne les chiens de plus de 6 mois et peut se pratiquer suivant un protocole précis (un test de dépistage, 3 injections de primo vaccination suivies d'injections de rappels annuels : votre vétérinaire pourra vous expliquer les modalités précises et vous conseiller).

 

Conclusion

La leishmaniose reste une maladie répandue dans le Sud de la France. Elle se présente sous des formes très variées et pas forcément alarmantes au début.
Un diagnostic précoce et un bon suivi thérapeutique est nécessaire pour augmenter les chances de guérison. Bien que la prévention reste difficile dans les zones à risque en période d'activité des moustiques, ce moyen de lutte doit réellement être pris au sérieux, compte-tenu de la gravité que peut revêtir la maladie. Une protection efficace contre les vecteurs de la maladie, associée à une vaccination sont à envisager suivant le niveau de risque et les conseils du vétérinaire.