La carence en vitamine C chez le cobaye

Le cobaye et les vitamines
L'apport de vitamine C dans l'alimentation du cobaye est fondamentale

Les cobayes ne synthétisent pas la vitamine C alors que leur besoin quotidien est de 15 à 20 mg/kg chez l'adulte et il est doublé chez les jeunes en croissance, les animaux malades et les femelles en gestation ou en lactation. Il est donc indispensable que votre cobaye reçoive une dose adaptée de vitamine C, via son alimentation ou par l'intermédiaire d'un complément spécifique.

 

Une carence en vitamine C (avitaminose C) entraine des troubles dans la formation du collagène. Celui-ci est indispensable à la formation et au maintien de l'intégrité des vaisseaux sanguins. Il entre notamment dans la formation des ligaments articulaires et des ligaments permettant l'enchâssement des dents dans la gencive.

Les conséquences d'une carence en vitamine C chez le cobaye

Chez le jeune cobaye, les symptômes sont :

  • une difficulté à se déplacer car les articulations des membres postérieurs sont gonflées et douloureuses. Le propriétaire pense alors à une paralysie du train arrière.
  • les dents peuvent se déchausser et l'ouverture de la bouche peut être douloureuse,
  • il y a alors un manque d'apport de vitamine C dans la ration.

Chez l'adulte, les symptômes sont plus frustres :

  • animal léthargique, anorexique avec des écoulements oculaires et nasaux,
  • selles molles et malodorantes,
  • malocclusions dentaires et pododermatites.

 

Les mesures à prendre

Le traitement en cas d'avitaminose C est le suivant : une administration quotidienne de vitamine C à la dose de 50 à 10 mg/kg pendant 7 jours. L'amélioration est en principe très rapide !

Par la suite, il est impératif de satisfaire les besoins en vitamine C de votre cobaye. Pour cela il existe plusieurs solutions :

  • Les fruits et légumes frais peuvent constituer un apport en vitamine C mais nous vous recommandons de les proposer à votre cobaye de façon raisonnée et de les introduire dans tous les cas petit à petit dans son alimentation. Ils doivent être impérativement lavés, séchés et distribués à température ambiante. En effet, ces aliments, s'ils sont donnés dans de mauvaises circonstances, peuvent être sources de troubles digestifs et donc de diarrhées souvent graves, qui sont la première cause de mortalité chez les petits rongeurs.

 

Crédit photo L. Gouhier - Kipso - Wanimo.