Les maladies respiratoires chez les rongeurs et lapins

Lapin bélier dans la paille
Certains petits rongeurs et lapins présentent une fragilité respiratoire
Tous les rongeurs et lapins peuvent souffrir d'affections respiratoires. Toutefois, certains d'entre eux présentent une fragilité toute particulière des voies respiratoires et y sont particulièrement prédisposés. Toux, éternuements et nez qui coule sont les principaux symptômes traduisant une affection respiratoire. Dans ce cas, une consultation vétérinaire est nécessaire sans tarder !

 

La liste présentée ci-dessous ne se veut pas exhaustive. D'autres hypothèses doivent également être envisagées face à un rongeur ou un lapin qui tousse, éternue, a le nez qui coule.

La myxomatose

La myxomatose chez le lapin peut se présenter sous forme respiratoire. On observe dans ce cas-là un écoulement nasal purulent. La contamination est aérienne (pour plus d'informations, se reporter à notre fiche La myxomatose). Cette forme est fréquemment mortelle, la meilleure prévention passe par la vaccination.

 

La pasteurellose

C'est une maladie aiguë ou chronique chez le lapin due à la bactérie Pasteurella multocida. L'infection est favorisée par exemple par des brusques variations de température ou une mauvaise ventilation de l'habitat. On observe parfois, en plus des problèmes respiratoires, des inflammations suppurées localisées dans divers organes, dont les organes génitaux.

La transmission peut se faire par voie aérienne ou contact direct. Le lapin peut être porteur sain (il n'y a pas de symptôme) de certaines pasteurelles. Seuls des tests de laboratoire permettent de déterminer les bactéries présentes.

Il existe 4 formes de pasteurellose chez le lapin :

  • une forme respiratoire aiguë : le jeune lapin présente une conjonctivite et une rhinite avec des éternuements et un jetage nasal,
  • une forme de coryza chronique chez le lapin adulte,
  • un portage asymptomatique révélé de manière fortuite par des images d'infection pulmonaire lors de radiographies,
  • une infection subclinique de l'oreille moyenne qui peut évoluer brutalement sous la forme d'un syndrome vestibulaire ("torticolis") lors d'atteint de l'oreille interne.

Le traitement fait appel à une antibiothérapie prolongée.

 

La bordetellose

Les cobayes (mais aussi les chinchillas et les octodons) sont très sensibles aux infections respiratoires causées par Bordetella bronchiseptica. Le lapin, avec qui on fait souvent cohabiter le cobaye, est très fréquemment porteur sain de Bordetella. Une baisse brutale de température ou un courant d'air peuvent permettre au cobaye de développer une infection respiratoire.

Les symptômes sont : anorexie, dyspnée, jetage nasal et oculaire. Cette infection est à l'origine d'une broncho-pneumonie purulente avec colonisation de la bulle tympanique, responsable d'un torticolis. On peut aussi observer des avortements et des métrites. Elle peut être très grave car mortelle surtout chez des animaux jeunes (lors du sevrage) ou âgés.

Le traitement fait également appel à une antibiothérapie prolongée.

 

Le coryza

Le coryza est un syndrome général du à plusieurs agents pathogènes (Pasteurella, Bordetella et Mycoplasma) qui se présente par une atteinte des voies respiratoires supérieures. Il est dû au stress, à des courants d'air, des variations de température. On observe alors un écoulement nasal d'abord clair puis purulent, une respiration difficile, des éternuements et un larmoiement. L'infection peut s'étendre à l'appareil respiratoire inférieur (bronches et poumons) et parfois entraîner le décès de l'animal. Un traitement antibiotique est nécessaire.

Pour plus d'informations sur le coryza et la pasteurellose chez la lapin, vous pouvez lire notre fiche santé à ce sujet.

 

Pour terminer, sachez qu'il existe également des allergies (en particulier à certaines litières) se manifestant par des troubles respiratoires chez les rongeurs.

 

Crédit photo iStock.