Maladie rénale chronique du chat : marqueurs précoces

Marqueurs précoces de la maladie rénale chronique du chat
Détecter précocément la maladie rénale permet une meilleure prise en charge
La maladie rénale chronique est assez fréquente chez les chats de plus de 9 ans : 15 à 30 % d'entre eux sont concernés par cette maladie. Si le diagnostic de la maladie rénale chronique à un stade avancé est simple (amaigrissement, baisse d'appétit, augmentation de la prise de boisson, vomissements, etc...), à ce stade les lésions rénales sont irréversibles et le pronostic est souvent réservé. Il est donc préférable d'effectuer un diagnostic précoce, mais comment faire ? Quels tests réaliser ?

 

Un diagnostic précoce de la maladie rénale chronique doit se faire avant que le chat ne présente des symptômes.

Les tests classiques manquent cependant de sensibilité pour diagnostiquer une maladie rénale chronique débutante...

Aujourd'hui en clinique vétérinaire des tests classiques sont réalisés couramment pour diagnostiquer une insuffisance rénale : mesure de la densité urinaire (analyse de l'urine), dosage de la créatininémie et de l'urémie (analyse de sang). Mais ces valeurs ne sont impactées que tardivement lorsque plus de 70% des néphrons ne fonctionnent plus. Les lésions sur le reins sont alors irréversibles.

De nouveaux biomarqueurs sont donc nécessaires à un diagnostic plus précoce permettant une prise en charge plus précoce donc plus efficace.

 

La SDMA (DiMéthylArginine Symétrique) est un acide aminé issu des protéines des cellules. Elle est filtrée par les glomérules dans les reins et n'est éliminée que par les reins. Il existe donc une corrélation entre SDMA et débit de filtration glomérulaire (débit qui diminue lorsque les reins souffrent), la valeur sanguine de SDMA augmente donc lors de maladie rénale chronique.

La SDMA augmente précocement lors de la maladie rénale chronique : 17 mois environ avant que la créatinine n'augmente ! Elle augmente quand environ 40% des néphrons sont lésés et elle est très spécifique.

Les valeurs usuelles de SDMA dans le sang sont comprises entre 0 et 14 microgrammes par décilitre.

Le dosage de SDMA est disponible en laboratoire d'analyse vétérinaire et sera bientôt accessible en clinique avec certains automates de biochimie vétérinaire.

 

Le dosage de SDMA permet de détecter une maladie rénale chronique assez tôt, dès le stade 1 de la classification IRIS (stade pour lequel il n'y a pas d'azotémie c'est à dire que le taux d'urée dans le sang est tout à fait normal).

Il est également intéressant de doser le rapport protéines urinaires sur créatinine urinaire (RPCU) qui est anormal à partir de 0,4 chez le chat (chez les animaux sains il est inférieur à 0,2, suspect entre 0,2 et 0,4).

Une étude a également montré qu'il est intéressant de peser très régulièrement votre chat, car les chats perdaient dans cette étude en moyenne 9% de leur poids l'année précédent le diagnostic d'une insuffisance rénale.

Demandez conseil à votre vétérinaire et n'hésitez pas à faire réaliser pour votre chat de plus de 8 ans un bilan senior, chaque année, afin de détecter à temps l'existence d'une telle maladie.

 

Que faire si le chat est diagnostiqué stade 1 de la maladie rénale chronique ?

A ce stade le rein du chat est déjà abimé, mais il fonctionne encore. Le chat ne présente aucun symptôme. Si l'on agit à ce moment là peut-on parler de prévention ou de traitement ? Certains médecins parlent de prévention secondaire.

L'objectif est de conserver la fonction rénale le plus longtemps possible et rechercher éventuellement les causes de la maladie rénale chronique.

L'alimentation est actuellement le seul traitement qui permet d'allonger la durée de survie du chat atteint de maladie rénale chronique. Un consensus est admis sur la baisse nécessaire du taux de phosphore dans la ration. Quant aux protéines il faut que leur qualité soit optimale.

Un nouvel aliment, le Hill's Prescription Diet k/d Early Stage est dédié au stade 1 de la maladie rénale chronique.

Un changement d'aliment précoce à un stade où le chat n'est pas anorexique (pas de symptôme déclaré) ni malade, permet que l'aliment soit mieux accepté.

Crédit photo istock.