L'arthrose chez le chat

Chat dans un arbre
Un chat arthrosique aura beaucoup de difficultés à monter dans son arbre préféré !
Grâce au meilleur suivi des chats et aux avancées en médecine vétérinaire, la population féline vieillit. L’arthrose, pathologie fréquente chez les animaux âgés, est de plus en plus observée chez nos chats. Cette maladie est caractérisée par la destruction progressive du cartilage articulaire. Celui-ci recouvre les os au niveau des articulations et permet d'amortir les chocs un peu comme un coussin. Puis on observe également la formation de tissu osseux anormal au niveau de l'articulation...

 

Expression de la maladie

Le chat exprime peu sa douleur, ainsi les premiers signes de cette maladie sont souvent une modification du comportement. Les expressions d’arthrose, très facilement observables chez le chien, le sont très peu chez le chat. En effet, celui-ci est un animal territorial, indépendant, indolent. Les propriétaires ne donnent pas de signification pathologique à l’immobilité quasi-permanente de leur chat.

Or, le plus souvent, leur chat ne bouge pratiquement plus car il a mal, il se toilette moins, son poil est piqué. Il est plus irritable, peut devenir malpropre s’il a des difficultés à entrer dans son bac à litière, et risque de développer des troubles anxieux. Ces troubles sont souvent accentués par la présence d’autres animaux, en effet, tout rapport social risque d’être douloureux. Petit à petit, le chat va anticiper et son agressivité, son anxiété et son apathie vont augmenter.

La boiterie est rarement un signe d’appel, par contre si vous observez que votre chat a des difficultés à sauter, à grimper sur des meubles, à monter les escaliers… parlez-en à votre vétérinaire car cela pourrait être le signe permettant de suspecter l’évolution d’une maladie arthrosique.

 

Les lésions dues à l'arthrose

Le cartilage qui recouvre les surfaces des os au niveau des articulations se détruit progressivement. Le rôle d'amortisseur des chocs de ce cartilage va disparaître. C'est pour cette raison que les mouvements deviennent douloureux.

Comme l'animal souffre lorsqu'il mobilise son articulation malade, il va éviter de faire des mouvements qui mettent en jeu cette articulation. Les muscles vont alors s'atrophier : on parle souvent de "fonte" musculaire.

L'articulation peut aussi se modifier du fait d'un dépôt d'os anormal et d'un épaississement de la capsule articulaire.

 

Le diagnostic

Pour diagnostiquer l'arthrose chez un chat, un examen approfondi de l'animal est nécessaire. Les articulations seront manipulées l'une après l'autre. Cet examen est parfois douloureux pour l'animal.

Des radiographies sont souvent indispensables.

Le vétérinaire pourra à l'aide de l'examen clinique et des radiographies juger de la gravité de l'arthrose et proposer le traitement adéquat.



Traitement de la maladie

Si le diagnostic d’arthrose est confirmé par votre vétérinaire, grâce à des examens radiographiques, le traitement est nécessaire. Le vétérinaire prescrira alors des anti-inflammatoires. Le traitement permet alors une amélioration des symptômes dans une très grande majorité des cas.

Il ne faut pas oublier les compléments protecteurs articulaire, qui dans les stades précoces ou subcliniques de l'arthrose peuvent suffire à soulager votre chat ou bien permettront de diminuer les doses d'anti-inflammatoires associés.

Il est aussi bénéfique pour un chat arthrosique de ne pas être trop lourd. Une surcharge pondérale va accélérer "l'usure" des articulations et il faut donc veiller à nourrir correctement votre chat. Souvent le chat âgé bouge moins donc grossit et les risques d'apparition d'arthrose augmentent.

On peut donc associer au traitement médical de l'arthrose un régime afin que les articulations déjà fragiles n'aient pas à supporter un poids trop important.

 

Le traitement diététique existe aujourd’hui grâce à des aliments spécifiques qui aide à soulager les articulations et améliore la mobilité chez les chats arthrosiques : découvrez les aliments spécialement conçus pour cela. En seulement 28 jours, les propriétaires notent une amélioration significative sur l’activité de leur chat et sa capacité à sauter.

Crédit photo a-fitz.