La giardiose

La giardiose chez le chien
Une diarrhée chronique chez un jeune animal issu d’un élevage permet de suspecter une giardiose.
La giardiose est une maladie parasitaire responsable de troubles digestifs, elle est fréquente, contagieuse et touche principalement les jeunes animaux qui vivent en collectivité (élevage, chenil, refuge…). Il est donc important de savoir la suspecter pour pouvoir la traiter et prévenir son apparition. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette maladie importante.

 

Définition de la giardiose

La giardiose est une maladie parasitaire due à un parasite intestinal de la famille des protozoaires, appelé Giardia duodenalis (ou intestinalis). Ce parasite existe sous plusieurs formes : une forme flagellée typique mobile (le trophozoïte) et une forme de résistance dans l’environnement (le kyste).

Un nombre croissant d'élevages canins sont confrontés à cette maladie. La giardiose touche 7 à 17% des chiens adultes ; 30 à 45% des chiots de moins de 6 mois sont porteurs du parasite (et elle peut aller jusqu'à 100 % en collectivité).

Le chien se contamine en ingérant les kystes présents dans l’environnement (ingestion d'eau contaminée, léchage du sol, léchage des gamelles, ...). Sous l'action des sucs digestifs, le kyste est lysé dans l'intestin grêle et libère des trophozoïtes. Ces derniers peuvent alors être responsables de troubles digestifs. Il se produit ensuite une multiplication des trophozoïtes qui reforment des kystes. Le parasite est par la suite éliminé sous forme de kystes dans le milieu extérieur par les selles, une à deux semaines après l'infection.

Bon à savoir : La giardiose est une zoonose, en effet, l'homme peut se contaminer : en mettant les mains à la bouche après avoir caressé un animal ou en manipulant des gamelles par exemple, il y a alors des risques de contamination.

 

Symptômes de la giardiose chez le chien

Les jeunes animaux semblent être les plus sensibles à la maladie (surtout du sevrage à l'âge de 2 ans). Par conséquent, les jeunes animaux présentent des symptômes et ils excrètent des kystes dans l’environnement qui peuvent alors contaminer les autres animaux (et l’homme).

Les adultes, moins sensibles, sont des porteurs sains : ils ne présentent pas de symptômes mais jouent un rôle important dans la pérennité du parasite.

Les signes cliniques de la giardiose sont la conséquence d'un syndrome de malassimilation au niveau digestif avec :

  • un appétit normal ou augmenté mais un amaigrissement progressif de l'animal,
  • une absence d’hyperthermie et un état général conservé,
  • une diarrhée chronique, persistante ou intermittente, non hémorragique (selles molles à liquides, décolorées), associée à un retard de croissance,
  • une gêne à la palpation de l'abdomen.

L'évolution est le plus souvent chronique sur plusieurs semaines à plusieurs mois. Le pronostic reste favorable.

Il existe aussi une forme aiguë, plus rare, pour laquelle le chien présente une diarrhée profuse et aqueuse associée à une diminution de l'état général.

 

Diagnostic et traitement de la maladie 

La giardiose est une maladie souvent sous-estimée en raison de la difficulté du diagnostic.

L’observation d’une diarrhée chronique, intermittente avec des selles décolorées et malodorantes chez un jeune animal issu d’un élevage permet de suspecter une giardiose. Cependant, comme aucun signe n’est caractéristique de la maladie, le vétérinaire doit tenir compte des autres maladies pouvant s’exprimer cliniquement par des symptômes similaires (c’est ce qu’on appelle le diagnostic différentiel).

Plusieurs examens de laboratoire peuvent être utilisés pour mettre en évidence le parasite : l'examen rapide des selles sous microscope, la coproscopie par la technique de flottation, ou encore l’immunofluorescence directe, le dosage PCR… Il existe également un test ELISA rapide, que votre vétérinaire peut réaliser à la clinique et qui est spécifique du parasite du chien et du chat : il permet d'avoir un résultat en quelques minutes.

Le traitement de la giardiose fait appel à des antiparasitaires comme le fenbendazole, ou le métronidazole. Il doit concerner tous les animaux (chats et chiens) vivant sous le même toit !

 

Comment lutter contre la giardiose en élevage ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer la difficulté d'éliminer  Giardia duodenalis : le parasite semble devenir résistant à certains traitements, une immunodéficience ou une maladie générale systémique de l’animal peuvent rendre plus difficile l'élimination, et enfin la réinfection est facile car les kystes sont très résistants dans l’environnement et un faible nombre de parasites suffit à infecter un chien.

En élevage, il convient donc de traiter tous les chiens (sauf les chiennes gestantes) et de contrôler l'efficacité du traitement à la fin de celui-ci.

Il est également nécessaire de dépister les animaux porteurs sains (cf ci-dessus).

Enfin, il faut mettre en place des mesures d'hygiène rigoureuse pour éviter la contamination d’animaux sains. En effet, les kystes sont surtout présents dans les milieux humides et résistent facilement au froid. En revanche, ils sont sensibles à la chaleur, et à certains désinfectants (ammoniums quaternaires).

Par conséquent, il est indispensable de nettoyer et désinfecter les gamelles, les locaux et le matériel utilisé en élevage.  Pour que la période de traitement soit efficace, il faut que les mesures hygiéniques durent pendant au moins 3 jours.

 

 

 

Crédit photo iStock.