La conjonctivite chez le chat

La conjonctivite chez le chat
Lorsqu'un chat présente une conjonctivite, il convient de l’emmener rapidement chez le vétérinaire pour mettre en place un traitement adapté
Les chats peuvent, tout comme les humains, présenter une conjonctivite, qui correspond à une inflammation de la conjonctive, la membrane qui recouvre une partie de l’œil et les paupières. Une telle inflammation est douloureuse pour le chat, et il convient de réagir rapidement pour éviter les complications.

 

Quelles sont les causes d’une conjonctivite ?

Les causes de conjonctivite chez le chat sont nombreuses. Elles peuvent être secondaires à une cause infectieuse, ou bien à une irritation oculaire.

1. Les causes infectieuses

Lorsque la conjonctivite est associée à des troubles respiratoires et digestifs, une infection virale peut être en cause. Plusieurs virus, comme les virus du coryza, peuvent être responsables d’une telle conjonctivite. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la fiche sur le coryza du chat.

La conjonctivite peut également être d'origine bactérienne, comme lors de chlamydiose par exemple. Pour plus d’informations sur cette maladie, nous vous invitons à consulter la fiche correspondante.

 

2. Les causes d’irritation

Il existe de nombreuses causes d’irritation oculaire, à l’origine d’une conjonctivite.

  • La présence d'un corps étranger (débris de végétal, poussière) dans l'œil peut être très douloureuse et entraîner une inflammation très importante des structures de l’œil. Il est important de le retirer afin d'éviter une surinfection de l'œil ou le développement d'un ulcère cornéen.
  • Un ulcère cornéen : il peut être dû à certains virus ou plus probablement à une blessure (comme un coup de griffe ou un corps étranger). Il faut le traiter rapidement car le chat peut aggraver l'ulcère en se frottant l'œil. Vous ne pouvez pas toujours voir par vous-même si un ulcère est présent sur l'œil de votre chat. Votre vétérinaire mettra en évidence l’ulcère par un petit test rapide grâce à un colorant indolore. Pour plus d’informations, vos pouvez consulter notre fiche sur les ulcères cornéens chez le chat.
  • Des malformations des paupières comme les ectropions, qui correspondent à une éversion de la paupière. Cela expose alors la conjonctive (partie rose à l'intérieur des paupières) aux irritations et au vent et favorise ainsi les larmoiements et les infections bactériennes. A l’inverse, les entropions correspondent à un enroulement de la paupière vers l’intérieur de l’œil, les poils vont alors toucher l’œil et provoquer une irritation.
  • D’autres anomalies anatomiques comme un cil ectopique : il s’agit d’un cil placé sur la face interne de la paupière, qui va donc irriter l’œil.
  • Une sécheresse oculaire : il arrive que les glandes lacrymales de l'œil ne produisent pas assez de larmes. L'œil devient alors rouge et sujet aux infections car le film de larmes qui protège l'œil n'est plus suffisant.

 

Quels sont les signes cliniques d’une conjonctivite ?

Plusieurs signes cliniques, souvent associés, permettent au propriétaire de suspecter une conjonctivite :

  • Un blépharospasme, qui va se traduire par une fermeture des paupières, à cause de la douleur ;
  • Une hyperhémie conjonctivale, c'est-à-dire un œil rouge ;
  • Un écoulement oculaire : le larmoiement peut être séreux, muqueux, ou purulent. Un écoulement purulent sera notamment présent lors d’infection (soit bactérienne, soit secondaire à un corps étranger).
  • Un chémosis : il s’agit d’un œdème de la conjonctive, qui apparait alors gonflée ;
  • Parfois, des signes respiratoires peuvent être présents, lors d’origine infectieuse (virale notamment).

Lors de la présence de ces signes cliniques, il convient d’emmener rapidement le chat chez le vétérinaire, afin d’éviter les complications. Une telle affection est en effet douloureuse, et le chat risque donc de se gratter, aggravant l’inflammation et pouvant conduire à la formation d’ulcères cornéens.

Il existe également d’autres risques de complications lors de conjonctivite, comme une kératoconjonctivite sèche, ou un symblépharon, qui est une adhérence entre les paupières et le globe oculaire.

 

Comment diagnostiquer une conjonctivite ?

Le vétérinaire va réaliser un examen clinique général et ophtalmologique complet, afin de rechercher la cause de la conjonctivite.

Cet examen va également permettre d’exclure les autres causes d’œil rouge : une uvéite (inflammation des structures internes de l'œil) ou un glaucome (augmentation de la pression oculaire) peuvent aussi être responsable d’un œil rouge.

Comment traiter une conjonctivite ?

Le traitement est variable selon la cause de la conjonctivite.

Il convient tout d’abord de retirer le corps étranger s’il y en a un.

En cas d’anomalie anatomique à l’origine d’une irritation, une correction chirurgicale pourra être réalisée.

Lors de maladie infectieuse générale, comme lors de coryza, un traitement par voie générale sera mis en place.

Enfin, un traitement par voie locale sera instauré, à base de pommade ou collyre ophtalmique, qui peut varier selon la cause de la conjonctivite : il va notamment contenir un antiviral lors d’herpèsvirose.

Des larmes artificielles seront utilisées lors d’insuffisance lacrymale.

 

En conclusion, si votre chat a un œil rouge et/ou semble souffrir d’un œil, il convient de prendre rendez-vous rapidement chez votre vétérinaire afin d’établir un diagnostic précis et mettre en place un traitement adapté.

En attendant la visite chez le vétérinaire, il est important de lui nettoyer l’œil, notamment si les secrétions sont importantes ou purulentes, avec un produit d’hygiène oculaire adapté.

Crédit photo Istock.