Courir avec son chien

courir avec son chien
Pendant votre course, observez toujours votre chien
Vous êtes un grand sportif, un adepte du running et vous souhaitez partager ces moments d’activité avec votre chien ? Ou vous avez remarqué que votre chien avait besoin d’exercice et vous voulez en profiter pour vous y mettre vous aussi ? Courir avec son chien peut devenir très motivant pour vous et bénéfique également pour votre chien… Essayez le canicross !

 

 

Avec quel chien ?

Vous le savez, votre chien a besoin d’exercice pour rester en forme et pour ne pas s’ennuyer, d’autant plus si vous vivez en appartement.

En théorie, tous les chiens peuvent vous accompagner courir, mais il convient de limiter ce genre de sports canins aux :

  • Chiens de petite taille ou courts sur patte
  • Brachycéphales : Ce terme ne vous dit rien ? Il désigne simplement Carlin, Pékinois ou encore nos amis Bouledogues. Loin d’être de grands sportifs à cause de leur système respiratoire, ces races de chiens n’ont pas une santé adaptée pour faire pour ce type d’efforts.
  • Chiots : Si vous avez un tout jeune chien, ménagez-le. Ne lui faites pas faire de sport intensif pendant sa croissance, au risque d’entrainer des problèmes sur son squelette et ses articulations.
  • Seniors : Lorsque votre chien prend de l’âge, soyez attentif et compréhensif si arrive un jour où il n’a plus envie ou s’il a des difficultés à vous suivre.

Quelques précautions à prendre

Avant de commencer à courir avec votre chien, il est conseillé de :

  • L’emmener chez votre vétérinaire pour un bilan de santé. En effet certaines maladies sont incompatibles avec de trop grands efforts comme une insuffisance cardiaque ou respiratoire ou bien un problème locomoteur. Il est donc impératif de vous renseigner au préalable.
  • Courir avec votre chien avant ses repas afin d’éviter le risque accru de torsion d’estomac. Si vous ne pouvez pas le faire avant, comptez au moins 3 heures après le repas avant de pratiquer ce type de sport avec votre animal.
  • Eviter les heures chaudes : préférez courir tôt le matin ou en fin de journée l’été. Un coup de chaleur est vite arrivé !
  • Evitez aussi de courir au crépuscule : si vous vous trouvez en zone endémique de leishmaniose, faites attention. C'est l'heure où le phlébotome, moustique vecteur de la maladie, est le plus actif…
  • Pensez à protéger votre chien avec un antiparasitaire comme le collier Scalibor, les pipettes Advantix ou Frontline Tri-Act !

Comment s’y prendre ?

D’une manière générale il est conseillé d’y aller progressivement, de commencer par de petites distances, de courtes durées, sans trop de dénivelé et d’être à l’écoute de son chien. Observez son attitude (s’il a les oreilles et la queue basse c’est qu’il fatigue), ses halètements, ses pattes (si elles trainent)…

  1. Commencez par un « échauffement » en marchant, puis accélérer la cadence jusqu’à courir à votre rythme.
  2. Faites des pauses si la balade est très longue, en effet beaucoup de chiens, même fatigués continueront à courir pour vous suivre… Si votre chien s’arrête et ne veut plus avancer, c’est que vous avez déjà dépassé ses limites depuis longtemps !
  3. Augmentez la difficulté (durée, dénivelé ou longueur du trajet) de 5% par semaine, pas plus. Pour la fréquence : 2 à 3 sorties par semaine peuvent être envisagées.
  4. Dressage et obéissance : Bien sûr il va falloir apprendre à votre chien à ne pas vouloir s’éloigner du chemin sur lequel vous courez, à ne pas suivre de « piste » à l’odorat, à ne pas s’arrêter toutes les 2 minutes pour marquer en urinant… Il est conseillé de commencer à courir lorsque le chien est déjà un minimum éduqué, qu’il connaît les ordres de base, qu’il maitrise le rappel… N’hésitez pas à le récompenser pour ses efforts et sa bonne attitude pendant la course !

En pratique : les accessoires

  • Collier, laisse, harnais : Rares sont les zones qui autorisent les chiens en liberté, il vous faudra donc certainement une laisse. Choisissez là de manière à ce qu’elle ne vous blesse pas en frottant, en cuir par exemple. Pour avoir les mains libres vous pouvez l’attacher à votre sac à dos ou à votre ceinture, il existe aussi des laisses spéciales vendues avec une ceinture.
    Pour courir avec votre chien, le harnais pour chien est plus conseillé pour la course que le collier.
  • Lotion tannante : Votre chien peut souffrir des pattes si vous courez sur sol dur comme du goudron, il peut être intéressant de préparer ses coussinets avec ce type de soin pour chien une lotion tannante. Faites toujours attention à la chaleur du goudron, imaginez-vous pieds nus ! Si vous le pouvez, préférez les sols souples comme les chemins de terre…
  • Gourde d’eau : Tout comme vous, votre chien peut avoir soif, vous pouvez donc emmener dans un petit sac à dos une gourde adaptée une gourde de voyage adaptée pour le faire boire, surtout s’il fait chaud ! Si vous ne souhaitez pas vous encombrer, choisissez un parcours avec des points d’eau à disposition.
  • Ramasse-crottes : Parce que faire du sport n’empêche pas de veillez à garder propre les lieux par lesquels vous seriez amenés à vous reposer, pensez à ramasser les crottes de votre chien derrière vous. Pratique
    À noter : certains sachets ramasse-crottes s’attachent à la ceinture, et se démarquent ainsi par leur côté pratique.

En conclusion, le canicross est une activité sportive qui peut devenir grisante, votre chien et vous allez partager de très bons moments en nature. Allez y doucement, équipez-vous, et gardez toujours l’œil sur votre chien, et tout se passera pour le mieux !

 

Crédit photo © JMichl iStockPhotos.