Le lymphome chez le furet

Le lymphome chez le furet
Le pronostic est meilleur lors que le lymphome atteint la rate du furet.
Le lymphome est l’une des deux affections tumorales les plus fréquentes chez le furet avec l’insulinome. Il est rencontré chez le furet de tout âge. Quels sont les signes cliniques, comment reconnaître cette maladie et quel est le traitement ?

 

Qu’est-ce qu’un lymphome ?

Le lymphome est une tumeur maligne du système lymphatique très fréquente chez le furet de tout âge. Elle est causée par un virus de la famille des Rétrovirus.

Le lymphome peut toucher les jeunes furets jusqu’à 18 mois : il s’agit de la forme aigüe du lymphome, elle est associée à une atteinte du médiastin.

La maladie peut également affecter les furets adultes de plus de 4 ans : il s’agit de la forme chronique du lymphome avec une expression clinique polymorphe,  les symptômes sont alors très variés.

Le pronostic du lymphome est bon à réservé, il dépend des organes touchés (cf. traitement ci-dessous).

 

Quels sont les signes cliniques du lymphome ?

Les symptômes varient selon les organes touchés.

Lors des premiers stades de la maladie, on observe un cycle avec des épisodes d’anorexie, abattement, léthargie, amaigrissement, affaiblissement, troubles de l’équilibre (ataxie) des postérieurs, en alternance avec des périodes où le furet est tout à fait normal.

Puis les symptômes plus permanents s’installent, ils peuvent être plus ou moins associés : diarrhée et vomissements chroniques, difficultés respiratoires (dyspnée) plus ou moins graves, infections respiratoires récurrentes, parésie des postérieurs,…

L’augmentation de la taille des nœuds lymphatiques, l’hypertrophie de la rate (splénomégalie), ainsi que l’ictère (coloration jaune des muqueuses) sont aussi évocateurs de la maladie.

L’analyse sanguine met en évidence une leucocytose (augmentation du nombre de globules blancs dans le sang), une anémie.

 

Comment diagnostiquer un lymphome ?

Le diagnostic du lymphome se fait grâce aux signes cliniques et à l’imagerie qui permet de mettre en évidence l’hypertrophie des nœuds lymphatiques et rechercher les organes touchés.

Une cytoponction (aspiration à l’aiguille) au niveau du ganglion poplité peut permettre de faire le diagnostic de certitude.

 

Quel traitement pour un furet atteint d’un lymphome ?

La rémission, donc la guérison, chez un furet atteint de lymphome n’est pas toujours possible. Un traitement palliatif est alors mis en place.

Le traitement peut être chirurgical, dans le cas d’une tumeur isolée, c’est le cas lors d’une atteinte de la rate uniquement par exemple : on réalise alors une splénectomie (ablation de la rate).

Le traitement médical repose sur la chimiothérapie. Elle a une meilleure chance de succès lorsque le lymphome est localisé au médiastin, à la rate, la peau ou aux nœuds lymphatiques périphériques. En revanche, la réponse à la chimiothérapie est mauvaise lorsque le lymphome touche un ou plusieurs organes abdominaux par exemple.

La chimiothérapie chez le furet peut se faire par la prise de médicaments par voie orale ou par injections sous cutanées. Elle nécessite un suivi à l’aide de bilans sanguins.

L’administration de corticoïdes seuls est possible, dans les cas où une autre prise en charge n’est pas réalisable. Elle permet de diminuer la taille de la tumeur et d’améliorer l’état général de l’animal mais entraine une résistance de la tumeur à une chimiothérapie ultérieure. Le traitement à base de corticoïdes seuls est donc réservé pour un traitement palliatif.

 

 

Crédit photo iStock.