La mue chez le chat

La mue chez le chat
Il est important de nourrir son chat avec une alimentation de qualité pour limiter la perte de poils.
A certaines périodes de l’année, les chats peuvent perdre une quantité impressionnante de poils : c’est ce qu’on appelle les mues. Chez les chats vivant en appartement, cette perte de poils est souvent rencontrée tout au long de l’année. Il existe des solutions pour réduire la perte de poils des chats, cela est important aussi bien pour les chats que leurs propriétaires !

 

Que faut-il savoir sur la chute de poils chez le chat ?

Tout comme les cheveux chez l’homme, les poils poussent pendant un certain temps puis finissent par tomber. Il est donc normal qu’un chat perde ses poils.

Cette perte de poils est accentuée au printemps et à l’automne pendant les périodes de mue. La perte de poils en automne permet de remplacer le pelage d’été par un pelage d’hiver plus abondant. Ce pelage d’hiver est ensuite perdu au printemps.

Chez les chats vivant exclusivement à l’intérieur, la perte de poils est généralement observée toute l’année. En effet, les températures étant plus ou moins constantes au cours de l’année, le cycle de pousse des poils est souvent perturbé.

Les mues physiologiques sont à opposer aux pertes de poils anormales due à une alimentation inadaptée, des parasites, des maladies, etc…

 

Quelles sont les solutions pour limiter cette perte de poils ?

Il n’est pas possible d’empêcher son animal de perdre des poils. Il est par contre possible d’agir sur plusieurs choses afin de limiter au maximum cette perte de poils.

Un bon entretien de la fourrure

Il est nécessaire de brosser régulièrement les chats afin d’éliminer le sous-poil mort. Cela permet de limiter la quantité de poils perdus dans la maison et l’ingestion de poils par le chat lors de sa toilette et la formation de boules de poils. Cela est aussi important chez les chats à poils longs pour éviter la formation de nœuds.

Il existe des brosses permettant de retirer facilement le sous-poils des chats. Des modèles existent pour les chats à poils longs et à poils courts.

 

Une alimentation de qualité

L’alimentation est essentielle pour que les chats aient un beau pelage. Avec une alimentation de qualité et qui convient au chat, le pelage doit être brillant et la peau saine. Avec une alimentation de qualité standard, bas de gamme ou qui ne convient pas à l'animal, le pelage est terne et la perte de poils exacerbée. Cela est lié au fait que les protéines, les acides gras poly-insaturés et les vitamines apportés par l’alimentation sont essentiels pour la santé de la peau et la qualité du pelage.

Il est donc recommandé de nourri votre chat avec une alimentation de qualité. Nous vous invitons à lire notre fiche « Comment choisir de bonnes croquettes pour mon chat ? » : vous retrouverez tous nos conseils pour vous aider à choisir des croquettes de qualité.

Pour savoir si de nouvelles croquettes conviennent à votre chat, il faut attendre au moins avant un mois pour observer un changement de l’aspect du pelage et une diminution de la perte de poils.

Il existe aussi des compléments alimentaires spécialement conçus pour la peau et le pelage qui peuvent être donnés sous forme de cures aux chats afin d’améliorer la qualité du pelage.

 

Un traitement antiparasitaire régulier

La plupart des démangeaisons chez le chat sont dues à une infestation par les puces. Celles-ci s’accompagnent de pertes de poils, de plaques, de croûtes, etc…

Il est important de protéger son animal contre les puces avec un traitement antiparasitaire efficace. Attention, les puces survivent très bien pendant l’hiver dans les habitations chauffées et dans le pelage fourni des animaux, la protection doit donc être poursuivie toute l’année.

 

Une consultation chez le vétérinaire

Si la perte de poils persiste malgré les conseils précédents ou si vous observez d’autres symptômes (boutons, croûtes, mauvaise odeur, etc…), il est conseillé de consulter un vétérinaire.

De nombreuses causes peuvent expliquer une chute de poils chez le chat (maladies endocriniennes, infections cutanées, etc…). Une consultation chez un vétérinaire est alors nécessaire : un examen clinique approfondi éventuellement associé à des examens complémentaires permettront d’établir un diagnostic et la mise en place d'un traitement adapté.

Crédit photo istock.