La réprimande

La réprimande non justifiée peut entraîner des troubles du comportement
La réprimande doit être utilisée avec prudence

Si la récompense est indispensable et doit être exagérée, la réprimande doit être utilisée avec plus de prudence. En effet, une punition non appropriée répétée peut engendrer des troubles du comportement chez le chien.

Pour que votre chien comprenne l'objet de la réprimande, il est indispensable de l'effectuer juste au début de l'acte « répréhensible » ou au même moment. En clair, s'il urine dans la maison, vous devez le réprimander au moment même où il s'accroupit : c'est le flagrant délit ! Le chien ayant une mémoire de courte durée, si la réprimande survient trop tard (1/2 heure après par exemple), votre chien ne fera plus la relation entre son oubli et la réprimande. Il fera alors une confusion entre votre arrivée et vos cris et se sentira coupable même lorsqu'il n'a rien à se reprocher.

La réprimande a pour but d'obtenir une posture de soumission, c'est-à-dire que votre chien se mette sur le dos ou qu'il baisse la tête et s'en aille. Dès que votre chien s'est soumis, arrêtez de le réprimander, sinon, il ne comprendra pas.

La correction physique n'est pas utile. Un « Non, va-t-en » prononcé d'une voix forte et d'un air fâché suffit généralement à obtenir sa soumission ou sa fuite.

Avant l'âge de 5 mois, s'il ne semble pas avoir compris votre courroux, vous pouvez le prendre par la peau du cou et le renvoyer dans sa couche. Ensuite, votre chien est pubère et ce geste reviendrait à donner une fessée à un adolescent !

 

Crédit photo walik iStockPhoto.