Apprendre au chiot à rester seul

Apprenez à votre chiot à rester seul
Votre chiot doit être serein pendant votre absence
Vous venez d’adopter un jeune chiot. Il est tout petit et tout mignon, mais pourrait s’avérer destructeur à l’âge adulte si vous ne lui apprenez pas à rester seul dès maintenant ! Même si cela peut vous paraître un peu sévère au départ, il est important de respecter quelques règles afin qu’il puisse être serein en votre absence aussi bien le jour que la nuit, pour dormir.

 

Il faut agir dès maintenant ! Les apprentissages sont plus faciles chez un jeune chien. De plus,  les pleurs d’un chiot laissé seul ne semblent pas très graves, mais, à l’âge adulte, celui-ci pourrait développer une véritable anxiété. Commenceront alors les ennuis pour ses maîtres : plaintes des voisins, destructions de leur mobilier et de leur appartement qui devra d’ailleurs être nettoyé tous les soirs. En effet, contrairement aux idées reçues, les problèmes de comportement ont tendance à empirer avec l’âge.
Si vous venez d’adopter un chien adulte qui semble ne pas avoir appris à rester seul et serein, il faut suivre les mêmes conseils que pour un chiot mais l’apprentissage sera, sans doute, plus difficile et une consultation chez un vétérinaire pourrait être nécessaire.

 

Comprendre le comportement naturel d’un chiot avec sa mère

Une chienne éduque ses chiots jusqu’à l’approche de leur puberté. Elle leur apprend la propreté, les règles de hiérarchie et les sociabilise. Néanmoins, dès l’âge de deux mois, elle commence à les éloigner d’elle, à ne plus répondre à toutes leurs demandes. Par exemple, la nuit, ils ne dormiront plus blottis contre leur mère mais de plus en plus loin d’elle. Vers quatre à cinq mois, les chiots auront appris à dormir seuls et à être indépendants pour quitter la meute.

A savoir : même si vous rêvez de l’avoir près de vous dès son plus jeune âge, ne séparez pas votre chiot de sa mère trop tôt ! Une adoption à trois mois laisse le temps à la chienne d’éduquer au mieux le chiot. On limite ainsi l’apparition d’un grand nombre de troubles du comportement à l’âge adulte.

Découvrez notre fiche conseils sur Le sevrage du chiot



Les liens d’attachement à l’adoption

Un chiot est souvent adopté entre deux et trois mois mais on conseille plutôt une adoption vers l’âge de trois mois. Il n’était donc pas indépendant vis-à-vis de sa mère et crée alors, un lien d’attachement très fort avec une personne de la famille qui devient son « être d’attachement ». S’il est accueilli par une personne seule, ce lien sera encore plus important. Comme sa mère l’avait déjà commencé, il faut continuer cet apprentissage, appelé détachement, qui mènera votre petit chiot vers l’autonomie. Cela ne signifie pas que votre chiot ne sera pas attaché aux membres de la famille mais simplement qu’il pourra être serein, autonome et indépendant, même s’il est seul ou en absence de son « être d’attachement ».

 

Comment effectuer ce détachement ?

Ce sont quelques règles simples qui doivent devenir une habitude tous les jours. A son adoption, un chiot est un peu perdu mais quelques jours suffisent généralement pour qu’il prenne ses repères ! Ensuite, pour lui apprendre à être indépendant, il ne faut plus répondre à toutes ses demandes de caresses ou de jeu. Ainsi, repoussez-le petit à petit et envoyez-le dans son panier s’il insiste. Vous le rappellerez quelques minutes plus tard pour satisfaire alors sa demande mais c’est vous qui en aurez pris l’initiative ! De même, ne supportez pas qu’il vous suive partout dans chaque pièce et, s’il vous « colle », envoyez-le dans son panier.

Où placer son panier ? Dans un coin du salon par exemple, un endroit duquel il ne pourra pas observer vos allées et venues. Il aura donc l’habitude de ne pas vous voir en permanence et ne sera pas anxieux en votre absence.

Les propriétaires de chien font souvent l’erreur de rassurer leur compagnon avant de s’absenter pour partir au travail. Le ton des « au revoir mon petit chien », « je reviens vite », « sois sage » ne fait, au contraire, que renforcer l’anxiété du chien ! L’arrêt brutal des câlins, caresses et paroles augmente ce sentiment d’abandon. Pour dédramatiser votre départ, ignorez votre chien pendant trente minutes environ avant la séparation. S’il se met dans vos jambes, envoyez-le dans son panier.
De même, lorsque vous rentrez chez vous, ignorez- le aussi trente minutes même si cela vous paraît dur et long ! S’il vient vous faire la fête, demandez-lui d’aller dans son panier. Vous aurez ensuite tout le temps pour lui faire des câlins et jouer avec lui !! Plus votre chien sera sage en votre absence plus ce temps pourra être réduit.

Et s’il a fait des bêtises ? Malheureusement cela peut arriver : un objet grignoté, un coussin déchiqueté ou un de vos vêtements peut-être ? Certains chiens sont même tellement anxieux lorsqu’ils sont seuls qu’ils en deviennent malpropres. Dans ces cas-là, restez calme et ne le disputez pas, même si cela est difficile, surtout après une dure journée de travail ! Il ne comprendrait pas et associerait votre retour avec la punition. Nettoyez ensuite mais en son absence.

 

Une aide simple et efficace

L'avis de l'expert Ceva sur les pleurs nocturnes du chiot :

De nombreux chiots pleurent les premières nuits dans leur nouveau foyer, en particulier lorsqu’ils avaient l’habitude de dormir avec d’autres chiots ou auprès de leur mère. Plusieurs mesures pourront aider votre chiot à s’habituer à être seul et à l’aise la nuit. Apprendre à un chiot à être indépendant à un stade précoce l’aidera à rester seul à la maison plus tard.

Votre nouveau chiot doit disposer de son propre panier ou de sa propre caisse (une caisse de transport ouverte peut aider certains chiots anxieux à se sentir plus en sécurité, plus confinés) ainsi que de jouets à mâcher et à câliner.

Pour faciliter cet apprentissage, il existe un produit efficace : ADAPTIL. Le diffuseur ADAPTIL disperse dans l'air de la pièce une copie synthétique de la phéromone naturelle que la chienne émet pour réconforter et rassurer ses chiots après la mise-bas et c'est est par conséquent la solution idéale pour aider votre chiot à s’adapter à son nouveau foyer et à diminuer les pleurs nocturnes.
Branchez un Diffuseur Adaptil à proximité du panier de votre chien ou mettez un Collier Adaptil à votre chiot dès votre arrivée à la maison (si vous ne l’avez pas déjà fait pour récupérer le chiot, en particulier en cas de trajet en voiture) pendant au moins quatre semaines pour l’aider à s’adapter à son nouvel environnement.

Avant de placer votre chiot dans le lieu où il va dormir, assurez-vous qu’il a eu la possibilité d’aller dehors et de faire ses besoins le plus tard possible avant d’aller vous coucher ou de quitter la maison.

Essayez de ne pas en faire trop avant de laisser votre chiot tout seul. Trop jouer avec lui ou être trop enthousiaste pourrait rendre la séparation plus difficile pour votre chiot. Laissez-lui quelques jouets et/ou friandises et dites-lui calmement au revoir.

Il a été démontré que le Diffuseur Adaptil et le Collier Adaptil permettaient de réduire rapidement les comportements perturbateurs des chiots la nuit après leur adoption (en particulier les pleurs et les recherches de contact)

Pour un chien adulte, ces phéromones le rassureront de la même manière, elles moduleront son état émotionnel, diminueront son stress et permettront donc d'éviter les aboiements, les souillures et les destructions.

 

 

Crédit photo craftvision iStockPhoto.