La mue physiologique chez les oiseaux

La mue chez l'oiseau
La mue est souvent associée à la période de reproduction
Au même titre qu'un chien ou qu'un chat perd ses poils de façon saisonnière, le plumage des oiseaux se renouvelle régulièrement au cours de la vie de l'animal. Il peut donc être parfaitement normal que votre oiseau perde ses plumes, s'il s'agit bien de la mue. Voici tout ce que vous devez savoir ce renouvellement physiologique du plumage.

 

Les plumes

Les plumes sont des productions cornées particulières aux oiseaux. Elles ont plusieurs rôles :

  • elles permettent l'isolation thermique du corps de l'oiseau.
  • elles assurent l'aérodynamisme en augmentant la surface corporelle (ailes–queue).
  • elles permettent aux oiseaux d'une même espèce de se reconnaître.
  • elles sont présentes chez les mâles lors des parades nuptiales (rôle attractif).

Ces plumes ont une durée de vie limitée. Elles s'usent et doivent être remplacées pour conserver leurs différents rôles. Elles représentent environ 10 % du poids de l'oiseau et leur nombre varie en fonction de l'espèce. Par exemple, un canari possède 1 500 plumes, une tourterelle 2 500 plumes.

Après quelques mois ou quelques années, la plume se détache et tombe. Elle est remplacée par une nouvelle plume qui se développait déjà à partir du même follicule plumeux. Cette période de mue est importante et éprouvante pour l'oiseau. Si les oiseaux sont en bonne santé et que leur alimentation est bien adaptée à leurs besoins, la mue se déroule normalement. Si l'oiseau est malade ou souffre de carences, la mue pourra être longue, partielle ou encore retardée.

 

Les plumages successifs chez l'oisillon

  • Le plumage natal (néoptile) : premier plumage constitué de duvet présent sur le corps de façon plus ou moins développé chez les oisillons suivant les espèces.
  • Le plumage pré-juvénile : lors de la mue post-natale, le duvet est remplacé par les plumes juvéniles.
  • Le plumage juvénile : il correspond à l'apparition des premières vraies plumes de contours.

Chez les nidicoles (espèces dont les petits naissent sans plumes et qui restent au nid jusqu'à ce qu'ils soient capables de voler et de se nourrir, ex. le perroquet), les plumes apparaissent rapidement avant le départ du nid. Chez les nidifuges (espèces dont les petits naissent avec un duvet et qui suivent leurs parents dés leur naissance, ex. les canards), cette mue juvénile est plus progressive et plus tardive.

 

Les principaux plumages successifs de l'adulte

  • Le plumage post-juvénile
  • Le plumage prénuptial : il précède la période de nidification.
  • Le plumage nuptial : lors des parades.
  • Le plumage post nuptial après la période de nidification.
  • Le plumage du 2ème hiver.
  • Le plumage de la 2ème mue prénuptiale
  • etc...

 

La période de la mue

La mue est souvent associée à la période de reproduction de l'espèce. Elle dure plusieurs semaines et se situe à des périodes variables au cours de l'année suivant les espèces.

Chez les passereaux, la mue a lieu après la fin de période de reproduction, à la fin de l'été. Elle dure un mois à un mois et demi. Le chant est souvent interrompu pendant cette période. Chez le canari, elle se déroule le plus souvent en juillet et en août. C'est également le cas chez les perroquets.
Chez certains psittacidés, la mue est plus discrète. Elle se déroule toute l'année avec des pics saisonniers (printemps et été pour les perruches ondulées par exemple).

 

Les modalités de la mue

Selon les espèces, la mue peut être massive : c'est le cas chez les canaris et de nombreux passereaux exotiques. La mue se déroule de façon différente suivant le type de plumes concernées.

Pour les plumes de couverture, elle n'est pas simultanée ainsi l'oiseau ne se retrouve jamais nu. Pour les plumes servant au vol, la mue s'effectue dans un ordre défini, de façon synthétique et progressive pour ne pas gêner le vol.

Chez les canards, cette mue est simultanée. Pendant quelques semaines, les oiseaux se cachent car ils ne peuvent pas voler. On parle alors d'éclipse.

Le déterminisme de la mue est complexe. De nombreux facteurs jouent un rôle dans son déclenchement : la photopériode (c'est-à-dire l'alternance jour-nuit), les sécrétions hormonales, la période de reproduction et les conditions de vie. Chez les oiseaux en captivité, cet équilibre complexe entre les différents facteurs est souvent modifié et des mues anormales apparaissent. Les hormones sexuelles influencent la couleur, la forme et la disposition des plumes en croissance. D'autres facteurs favorisent aussi la mue. Il s'agit de la température, l'humidité, la luminosité, l'alimentation, la ponte ou encore le sexe de l'oiseau.

Il faut savoir que la mue est une période critique pour l'oiseau.
Ces os sont fragilisés et plus sujets aux fractures, car les réserves de calcium des os sont utilisées pour la fabrication des nouvelles plumes.
Les besoins en protéines de bonne qualité sont élevés chez l'oiseau pendant la période de mue. En effet, les plumes sont constituées de kératine, protéine constituée principalement d'acides aminés soufrés.

Il faut donc donner plus de protéines et de sels minéraux aux oiseaux pendant cette période. Ainsi, la qualité des plumes qui repoussent dépend de la richesse en acides aminés soufrés de la ration. Souvent l'oiseau est fatigué durant cette période : il ne chante plus et est plus sensible aux infections.

L'aspect du plumage reflète l'état de santé de l'oiseau. La mue étant une période éprouvante pour l'oiseau, il faut particulièrement surveiller son alimentation et ses conditions de vie pendant cette période. Votre vétérinaire peut vous proposer des compléments alimentaires spéciaux pour cette période de mue.

 

Crédit photo GlobalP iStockPhoto.