Le picage chez l'oiseau

 

Le picage de l'oiseau
Cas de picage sur un perroquet
Le picage est « une habitude vicieuse » de l'oiseau qui arrache ses plumes ou celles de ses congénères. Comment reconnaître du picage, en déterminer les causes et le combattre au mieux sont autant de points qui seront abordés dans cet article.

 

Lorsque l'oiseau s'arrache lui-même ses plumes, on parle d'auto-picage. Lorsque l'oiseau arrache les plumes de ses congénères, le terme utilisé est celui d'allopicage.

Attention pendant la période de mue, les oiseaux s'arrachent souvent leurs plumes pour faciliter la pousse des nouvelles plumes : ceci n'est pas du picage.

Les symptômes

Les plumes sont arrachées et l'oiseau suce la hampe de la plume. Dans certains cas, l'oiseau mâche les plumes sans les arracher et elles restent ainsi jusqu'à la mue suivante. Le picage est redouté par les propriétaires d'oiseaux (surtout de perroquet). En effet, une fois que l'oiseau a pris l'habitude de s'arracher les plumes, cela peut devenir « une manie » et il peut continuer durant plusieurs années.

 

Les causes

Ce syndrome est dû à plusieurs facteurs. L'ennui joue un rôle important. Le stress est un facteur de picage. Il peut avoir des origines diverses telles que :

  • l'introduction d'un nouvel oiseau dans la cage
  • le surpeuplement ou le mélange de nombreuses espèces dans la même volière
  • la frustration sexuelle (absence d'individus du sexe opposé)
  • la frustration sociale (oiseau isolé)
  • des peurs ou des dérangements fréquents

D'autres facteurs favorisent l'apparition du picage :

  • l'absence de bain
  • les parasites externes
  • les carences alimentaires (protéines, vitamines, oligo-éléments)
  • le manque d'hygiène
  • les démangeaisons
  • les maladies
  • les déséquilibres hormonaux

Généralement, un des facteurs déclenche le picage qui devient ensuite une obsession. Le picage est donc un trouble psychique souvent aggravé par une mauvaise hygiène ou une mauvaise alimentation.

Le picage est fréquent chez les Psittacidés, en particulier chez le Gris du Gabon et le Cacatoès.

 

Que faire en cas de picage ?

Le traitement est très difficile et pas toujours couronné de succès. Il faut avant tout essayer de trouver la ou les causes qui ont entraîné l'apparition du picage. Voici des conseils pour modifier les conditions de vie de votre oiseau et essayer ainsi de stopper le picage :

  • Donner une alimentation équilibrée et de bonne qualité : Pour cela ,vous devez rajouter des vitamines, des minéraux et certains acides aminés à la ration (compléments nutritionnels spéciaux pour les oiseaux)

L'avis de l'expert Lafeber sur l'alimentation de l'oiseau :

Les Nutri-berries Lafeber furent l’un des premiers aliments nutritionnellement équilibré et favorisant le foraging (comportement de recherche alimentaire) chez les oiseaux de compagnie.

Les Nutri-Berries associaient pour la première fois des graines décortiquées et un complément en acide aminés, vitamines et minéraux. Cette nouvelle stratégie alimentaire utilise des céréales entières, organisées sous une forme sphérique tout en apportant les ingrédients supplémentaires nécessaires à l’équilibre de la ration.

La taille et la forme des Nutri-Berries est ainsi très semblable à ce que les perroquets consomment dans la nature. Leur forme stimule les oiseaux à utiliser leur comportement de recherche alimentaire naturel. Les Nutri-Berries sont souvent tenues à une patte par les espèces de perroquets les plus grandes, leur permettant ainsi d’imiter leur comportement alimentaire naturel caractérisé par l’extraction d’éléments spécifiques à partir d’objets plus grands.

  • Proposer à votre oiseau des branches ou des brindilles avec leur écorce : Il va essayer de les décortiquer et ne s'occupera plus de ses plumes. Des carottes crues, des trognons de choux peuvent aussi être utiles.
  • Prendre des mesures hygiéniques : en effet, la cage doit être propre, saine, placée au grand air et suffisamment spacieuse. Il faut également traiter les oiseaux contre les parasites externes.
  • Pour les Psittacidés, il est important d'effectuer un toilettage : pour cela vaporisez de l'eau tiède grâce à un brumisateur sur le plumage ou faites prendre à l'oiseau une douche légère, ceci une à deux fois par jour si possible. Le rythme jour-nuit (rythme nycthéméral) doit être respecté. Dès que la nuit tombe, l'oiseau est placé au calme et à l'obscurité. Vous pouvez par exemple recouvrir la cage d'un tissu opaque .
  • L'ennui étant un des facteurs importants du picage : il est conseillé de passer chaque jour du temps avec son oiseau ou de donner un compagnon de cage à votre oiseau. A défaut, il faut placer un miroir dans la cage. Ainsi, l'oiseau aura l'impression d'avoir un compagnon.
  • Le stress étant aussi une origine du picage : installez dans la cage un abri ou un nid dans lequel l'oiseau pourra se cacher en cas de peur ou de dérangements.

Toutefois, si le picage continue malgré toutes ses mesures, un traitement médical est possible et même nécessaire dans les cas graves. Votre vétérinaire saura vous conseiller et vous aider pour combattre cette maladie qui peut devenir un véritable cauchemar. Chez les Psittacidés, des troubles psychiques sont souvent associés au picage et le traitement médical est indispensable.

 

Quelques cas particuliers

Chez les canaris, l'oiseau dominant peut arracher les plumes des autres oiseaux de la volière. Dans ce cas, il faut l'isoler.

Les parents, généralement la femelle, peuvent déplumer leurs petits au nid. Cela peut aller jusqu'à la mort de l'oisillon. Il faut alors enlever le ou les responsables. Si besoin, il faut faire adopter l'oisillon par un autre couple.