Mon chien a des verrues

Mon chien a des verrues
Les verrues chez le chien sont dues à un papillomavirus bénin;
Les verrues se rencontrent assez souvent chez le chien, elles correspondent à des excroissances qui ressemblent à des petits « choux fleurs », et apparaissent souvent avec l’âge chez le chien. Comment traiter les verrues de votre chien ? Quelles sont les différentes solutions et est-ce toujours utile ?

 

Qu’est-ce qu’une verrue ?

Les « verrues » correspondent à des proliférations épithéliales le plus souvent d’origine virale ; il existe 19 types de papillomavirus canins à l’origine de présentations cliniques variées. Sont décrits la papillomatose orale, les papillomes exophytiques, les papillomes endophytiques…

On distingue deux grandes catégories de verrues :

  • La papillomatose buccale (ou orale), souvent d'origine virale, plus souvent rencontrée chez le chiot. Elle se manifeste par des tumeurs épithéliales bénignes (appelées verrues) présentes dans la bouche mais aussi au niveau du nez et de la conjonctivite de l’œil. Elles disparaissent la plupart du temps en quelques semaines, ce qui est à l’origine d’une protection solide et durable contre le virus chez le jeune chien. Ces verrues sont également contagieuses d'un chien à l'autre, mais il est rare que les chiens adultes en attrapent.
  • Les verrues chez le chien âgé, aussi appelées papillomes, sont elles aussi bénignes. Toutefois il faut éviter que le chien se les gratte ou les arrache car cela pourrait s'infecter. Si effectivement le chien se gratte au point de faire saigner ses verrues ou les mordille, si cela semble gênant, il est alors envisageable de les retirer.

 

Comment traiter les verrues ?

Le traitement des verrues n’est pas « codifié » chez le chien comme c’est le cas chez l’homme. En effet, les régressions spontanées sont fréquentes.

Il existe différentes options pour retirer les verrues de votre chien :

Exérèse chirurgicale et risques de dissémination

La chirurgie d’exérèse doit être réalisée avec précaution car il existe un risque non négligeable de dissémination des particules virales lors de l’intervention. Elle peut alors aboutir à des lésions « satellites » postérieures à la chirurgie, et donc à une extension de la maladie.

Toutefois, le recours aux lasers est intéressant car ils permettent de « brûler » les verrues et/ou de détruire les vaisseaux pour éviter la dissémination du virus.

Traitements locaux 

  • La cryothérapie : on peut utiliser comme chez l’homme des systèmes d’azote liquide qui « congèlent » les verrues, ou des systèmes de gaz refroidissant plus simples d’utilisation. Les traitements peuvent être répétés toutes les 2 à 3 semaines si besoin. L’avantage est de pouvoir effectuer la séance de cryothérapie sur animal vigile la plupart du temps. Dans certains cas, une tranquillisation peut être nécessaire.
  • Les traitements kératolytiques sont intéressants : ils peuvent être à base d’acide salicylique ou de principes actifs plus « naturels » (extraits de thuya, lait de figue, pissenlit…).
  • Les traitements topiques immunomodulateurs et/ou antiviraux (utilisés chez l’homme également) peuvent donner de bons résultats.

 

En résumé : des régressions spontanées sont probables, il est donc possible, lorsque le chien ne semble pas être gêné, de laisser le temps au temps avant d’envisager tout traitement. Demandez conseil à votre vétérinaire traitant, il vous proposera la prise en charge adaptée à votre chien.

 

Crédit photo iStock.