Maladies hormonales et perte de poils chez le chien

Les maladies hormonales sont souvent graves
Plusieurs maladies hormonales ont pour symptômes la perte de poils

La pousse du poil est sous contrôle hormonal. C'est pourquoi, lors d'anomalie dans la sécrétion de certaines hormones, on retrouve parmi de nombreux symptômes, des troubles cutanés. Dans quels cas précis faut-il évoquer une pathologie hormonale comme étant à l'origine d'une perte de poils ? Quels affections doivent être suspectées prioritairement ?

 

Voici quelques maladies hormonales pouvant avoir pour symptôme une perte de poils, avec certains autres signes plus ou moins spécifiques associés :

  • Le diabète sucré (insuffisance de sécrétion d'insuline) :

L'animal boit et urine beaucoup, on note parfois une tendance à l'obésité. N'hésitez pas à lire notre fiche Le diabète du chien

  • L'hypercorticisme ou syndrome de Cushing (maladies des glandes surrénales) :

Le chien a un ventre qui grossit, une peau sèche et fine avec des comédons (points noirs), il mange et boit énormément. Pour en savoir plus sur cette maladie, consultez notre fiche La maladie de Cushing chez le chien

  • L'hypothyroïdie (maladie des animaux âgés, qui peut parfois être d'origine immunitaire) :

La peau s'épaissit, des taches foncées apparaissent, le chien s'affaiblit, devient apathique. La baisse d'activité est souvent imputée, à tort, à l'âge grandissant du chien.

  • L'hyperoestrogénisme (kyste ovarien chez les femelles non stérilisées, tumeurs testiculaires chez les mâles).

Les symptômes peuvent être des troubles reproducteurs chez la femelle (chaleurs prolongées par exemple) et une féminisation chez le mâle (baisse de la libido). Ces tumeurs sont fréquentes chez les mâles cryptorchides (c'est-à-dire dont un testicule ou les deux ne sont pas descendus et restent dans l'abdomen). Chez ces animaux, le testicule en place s'atrophie lors de tumeur alors que le testicule tumoral en position abdominale grossit et peut sécréter des hormones responsables de cette perte de poils mais également d'anémie grave. C'est pourquoi il est essentiel de faire opérer les animaux cryptorchides.

Bien que n’étant pas en général le seul symptôme, la perte de poils ou toute modification du pelage est parfois un signe d’appel qui justifie la recherche de telles maladies.

Si les troubles hormonaux peuvent être à l'origine de toute alopécie (perte de poils), ils seront évoqués préférentiellement face à des tableaux bien précis.

Il s'agit généralement d'une perte de poils étendue, bilatérale et symétrique, sur les flancs et le dos, souvent accompagnée d'une modification de la consistance de la peau (amincissement ou au contraire épaississement, dessèchement, pellicules).

 

Crédit photo Wanimo.