Mon chien fait pipi dans la maison

Mon chien fait pipi dans la maison
Lors d'incontinence urinaire, de l'urine peut être retrouvée sur le lieu de couchage du chien
Votre chien urine fréquemment à l’intérieur et vous vous demandez pourquoi ? Vous ne savez pas comment faire pour qu’il redevienne propre ? Sachez qu’il existe de nombreuses causes pouvant expliquer une malpropreté chez le chien, cette dernière pouvant être d’origine comportementale ou médicale.

 

Les causes comportementales de malpropreté

Il est tout d’abord possible, si votre chien n’a jamais été vraiment propre, que cette malpropreté soit liée à un mauvais apprentissage. Il sera alors nécessaire de lui réapprendre la propreté. Pour plus d’informations sur l’apprentissage de la propreté, vous pouvez consulter notre fiche conseil à ce sujet.

Il est également possible qu’il s’agisse de marquage de territoire : le chien a alors tendance à uriner au pied des meubles, contre les pots de fleurs… en levant la patte. Le marquage urinaire apparaît à la puberté, vers l’âge de 6 à 8 mois selon les chiens.

Il peut aussi s’agir de mictions émotionnelles. Un chien qui urine sous lui lorsque l’on s'occupe de lui émet ce que l’on appelle des pipis de soumission. Ceci est très fréquent chez des jeunes chiens, en général d'âge inférieur à six mois. Il est alors important de ne pas disputer le chien quand il fait ces pipis, même si c'est très désagréable, car cela renforce le problème.

Certains chiens urinent dans la maison uniquement en l’absence des propriétaires : il peut s’agir d’anxiété de séparation ou de sociopathie. Le problème de malpropreté est alors souvent associé à des destructions.

Enfin, lors de troubles confusionnels du chien âgé, il est possible d’observer une perte des apprentissages élémentaires qui induit souvent de la malpropreté. Cela peut être associé à d’autres symptômes : une désorientation spatio-temporelle (le chien perd ses repères et peut se perdre dans le jardin ou dans la maison), ainsi qu’à une altération des cycles veille-sommeil (le chien dort le jour, mais est actif et près à jouer la nuit), et une altération des interactions sociales (le chien ne fait plus la fête aux personnes connues, il est en conflit avec le chien avec qui il vit).

Les causes médicales de malpropreté

Si votre chien a toujours été propre, et que ce problème de malpropreté est apparu brutalement, une cause médicale peut être suspectée.

Les causes médicales pouvant être à l’origine d’une malpropreté sont nombreuses, en voici une liste non exhaustive :

- Une cystite

Le chien présente alors des difficultés à se retenir, ce qui peut expliquer qu’il fasse ses besoins à l’intérieur.
La cystite peut être d’origine infectieuse (due à des bactéries), lors d’infection urinaire. La présence de calculs urinaires peut aussi être à l’origine d'une irritation de la vessie.
Il existe également d'autres origines pour les affections urinaires, mais celles-ci sont moins fréquentes : le diabète, une tumeur vésicale...

Une analyse d’urine et une échographie vésicale pourront être réalisées pour établir le diagnostic.

- Un syndrome polyuro-polydipsique (PUPD), qui correspond à une augmentation de la prise de boisson et de l’émission d’urines. Plusieurs causes peuvent être à l’origine de PUPD : insuffisance rénale, pyomètre, diabète…

Pour plus d’informations sur le syndrome polyuro-polydipsique, vous pouvez consulter notre fiche santé à ce sujet.

Des examens complémentaires seront alors réalisés (analyse sanguine, analyse d’urines, ...), afin de déterminer si votre chien souffre de l’un de ces problèmes.

- Un problème prostatique.
Chez le chien mâle non castré, la prostate peut subir une forte augmentation de taille (hypertrophie bénigne de la prostate), à l'origine de troubles de la miction. Le chien présente alors des difficultés à uriner car la prostate le gêne et par conséquent le chien se retient d’uriner. L'émission d'urine est alors involontaire : le chien va uriner sous lui, par exemple quand il se couche. En effet, la vessie, qui est très pleine car le chien se retient, se trouve alors comprimée et des gouttes s'en échappent.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter notre fiche santé à ce sujet.

- Une infection du pénis et du fourreau (balanoposthite) chez le mâle peut être à l'origine de la perte de quelques gouttes d'urine, ou d'un liquide y ressemblant.

- Un problème mécanique.
Des polypes vésicaux peuvent être responsables d'une gêne mécanique, ce qui empêche une bonne fermeture des sphincters.
On diagnostique ce problème grâce à une échographie ou une radiographie de la vessie avec un produit de contraste afin de faire ressortir les polypes.
De même, des fibromes vaginaux (tumeurs bénignes du vagin) peuvent être à l'origine d'une gêne des sphincters urinaires chez la femelle. Un examen gynécologique de la chienne est nécessaire au diagnostic.

Enfin, des malformations comme un uretère ectopique peuvent être responsable d’incontinence urinaire. L’uretère correspond à la structure permettant de transporter l’urine des reins vers la vessie. L’uretère ectopique correspond à une anomalie d’abouchement de l’uretère, qui peut s’aboucher au mauvais endroit sur la vessie, ou au niveau de l’urètre (structure qui permet d’évacuer l’urine depuis la vessie), de l’utérus ou du vagin. Cette malformation est présente dès la naissance, et le chien est donc incontinent dès son plus jeune âge. Des examens complémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic. Le traitement est chirurgical.

- Un problème neurologique.
Certains troubles nerveux peuvent empêcher un bon fonctionnement de la vessie et des sphincters, comme par exemple une hernie discale. Dans ce cas, d’autres signes cliniques sont associés : douleur, troubles de la démarche allant d’une ataxie (difficulté à la coordination des mouvements) à une paralysie postérieure. Une incontinence fécale peut également être notée. En fonction du stade de la hernie discale, le traitement sera médical ou chirurgical.

- Un déséquilibre hormonal.
Certaines chiennes stérilisées (par retrait des ovaires) peuvent présenter une incontinence urinaire quelques mois à plusieurs années après la stérilisation. Cette incontinence est due à une insuffisance en œstrogènes (d'autres glandes du corps que les ovaires produisent ces hormones), ce qui diminue le tonus des sphincters. Un traitement médical est alors nécessaire pour résoudre le problème.

 

Il est dans tous les cas important que le chien soit sorti régulièrement au cours de la journée, et pendant une durée suffisante, pour pouvoir faire ses besoins.

 

Que faire si mon chien est malpropre ?

Si votre chiot est arrivé récemment chez vous, il convient tout d’abord de lui apprendre la propreté.

Si en revanche votre chien a toujours été propre et que ce problème de malpropreté est apparu brutalement, ou si votre chien n’arrive pas à acquérir la propreté malgré un apprentissage adapté, il est conseillé de consulter un vétérinaire.

Ce dernier pourra examiner votre chien afin de déterminer la cause de ce problème de malpropreté, et lui prescrira le traitement adapté à son cas.
Il vous demandera probablement depuis quand votre chien urine partout, s'il fait sur le sol ou sur les murs, s'il fait plusieurs petits pipis ou une grosse flaque, s'il boit beaucoup ...
Tous ces éléments permettent d'aider le vétérinaire à savoir de quelle affection votre chien souffre.

Si la malpropreté est d’origine comportementale, votre vétérinaire peut mettre en place une thérapie comportementale.

Crédit photo Istock.