Le régime d’éviction

Le régime d'éviction chez le chien et le chat
Le régime d'éviction permet de diagnostiquer une allergie alimentaire chez le chien et le chat.
Les chiens et les chats peuvent souffrir d’allergies alimentaires responsables de symptômes digestifs et/ou cutanés. Pour diagnostiquer une allergie alimentaire, un régime d’éviction sera mis en place pendant 10 semaines.  Nous vous proposons d’en savoir plus sur le régime d’éviction et sur la prise en charge des allergies alimentaires.

 

Rappels sur les allergies alimentaires chez le chien

Une allergie alimentaire correspond à une réaction exacerbée de l’organisme vis-à-vis d’éléments présents dans l’alimentation que l’on appelle allergènes.

Une allergie alimentaire ne peut être rencontrée que pour des aliments que l’animal a déjà mangés (un premier contact est nécessaire). Un animal est généralement allergique à un aliment qu’il mange depuis plusieurs mois à plusieurs années.

Les allergènes les plus souvent en cause sont les viandes (surtout le bœuf), les produits laitiers, le poulet, le blé, les œufs, le maïs ou encore le soja. Un animal peut être allergique à plusieurs allergènes.

Les symptômes rencontrés lors d’allergies alimentaires sont essentiellement digestifs et cutanés.

Pour établir un diagnostic, l’alimentation de l’animal est modifiée : un régime d’éviction est mis en place.

 

Qu’est-ce que le régime d’éviction chez le chien et le chat

Le régime d’éviction consiste à nourrir un animal avec des aliments qu’il n’a jamais mangés et notamment d’autres sources de protéines (viandes de lapin, de cheval….) et de glucides (pommes de terre ou tapioca par exemple). Le régime alimentaire doit être strict, il ne faudra pas donner à l’animal des friandises, des restes de table....

Le régime d’éviction est utilisé pour établir le diagnostic d’une allergie alimentaire. On observe une amélioration clinique avec le régime d’éviction généralement au bout de 4 à 6 semaines. Il faudra continuer le régime d’éviction pendant 10 semaines avant de conclure que l’animal ne souffre pas d’une allergie alimentaire si aucune amélioration n’est observée.

Le régime d’éviction peut tout d'abord consister en une ration ménagère : il faudra dans ce cas là bien respecter les recommandations du vétérinaire traitant concernant les ingrédients et les quantités pour que la ration soit équilibrée. Il existe aussi des aliments médicalisés contenant des protéines hydrolysées qui peuvent être utilisés pour réaliser un régime d’éviction. Les protéines sont coupées en morceaux suffisamment petits pour ne pas entraîner d’allergie.

Si l’état général de l’animal s’améliore, il est possible de réintroduire progressivement les différents ingrédients que l’animal avait l’habitude de manger pour déterminer les allergènes : il s’agit du test de provocation. En pratique, cela n’est pas toujours réalisé pour le confort de l’animal.

 

Quelle alimentation est la plus adaptée lors d’allergies alimentaires ?

Si une allergie alimentaire est diagnostiquée (amélioration de la santé de l’animal grâce au régime d’éviction), il faudra mettre en place une alimentation qui convienne à l’animal.

Il est possible de continuer à donner à l’animal un aliment médicalisé contenant des protéines hydrolysées (sur prescription du vétérinaire traitant).

Il est aussi possible de donner des aliments hypoallergéniques qui contiennent des sources de protéines et de glucides que l’animal n’a jamais mangé (porc, sanglier, pommes de terre, etc…).

 

 

 

Crédit photo Fotolia.