Des insectes dans leurs croquettes

Insectes en alimentation animale
Les insectes sont une source de protéines intéressante
Le nombre de personnes sur terre est en constante augmentation, tout comme le nombre d'animaux de compagnie. On projette plus de 9 milliards de personnes sur terre en 2050 et la question de la sécurité alimentaire et de l'impact environnemental pour nourrir le monde se pose. Les carnivores ont besoin de protéines animales, et si on allait chercher ces protéines chez les insectes ? Les insectes semblent être une source de protéines plus durable que le bétail...

 

L'élevage d'insectes et leur consommation semblent un domaine prometteur, en effet, les insectes constituent une source de protéines animales de bonne qualité, de matières grasses, fibres et oligo-éléments également.

Les teneurs en acides aminés essentiels des protéines d’insectes sont comparables à celles des farines de poisson et de soja, très utilisées pour l’alimentation animale.

Les taux de croissance et de conversion alimentaire des insectes sont élevés et ils n'entrainent qu'une faible production de gaz à effet de serre et d'ammoniac : 100 fois moins que le bétail ou les porcs.

De plus l'élevage d'insectes nécessite moins de surface et 700 fois moins d’eau que l’élevage du bétail, en comparant la même quantité de protéine d’insectes et de boeuf.

Produire un kilo de boeuf nécessite en effet dix kilos de maïs, tandis qu'il ne faut qu'un kilo de maïs pour un kilo d'insectes.

Les insectes peuvent de surcroit être élevés sur des sous-produits organiques (biodéchets végétaux) et peuvent contribuer à réduire la contamination de l’environnement.

L'utilisation de cette nouvelle source de protéine dans des croquettes est une façon de nourrir nos animaux avec un impact plus faible sur l’environnement. On peut parler d'alimentation plus durable, d'une manière de réduire son impact carbone en respectant le besoin en protéines animales de son chien.

 

Depuis le 1er janvier 2018, les insectes et leurs produits dérivés sont autorisés, sous certaines conditions, dans l'alimentation humaine. Ils étaient déjà autorisés pour l'alimentation des poissons et des animaux de compagnie.

En 2018, en France on compte une quinzaine de sociétés dans la production d'insectes d'élevage : deux tiers en alimentation animale, un tiers en alimentation humaine. Ces sociétés produisent des farines d'insectes, qu'elles vendent  à des fabricants d'aliments industriels afin qu'elles soient incorporées dans des formules d'aliments.

 

Seulement 7 espèces d'insectes issus d'élevages sont autorisées dans l'alimentation : la mouche soldat noire (Hermetia illucens), la mouche domestique, le ténébrion meunier, le petit ténébrion mat, le grillon domestique, le grillon domestique tropical et le grillon des steppes.

Le ténébrion (Tenebrio molitor) est connu pour ses larves appelées vers de farine, qui sont déjà utilisées en aquaculture et dans les zoos pour nourrir oiseaux, reptiles et poissons.

Crédit photo istock.