Wanimo Véto

Sat29112014

Derniers ajouts

Back Vous êtes ici : Chiens Santé Reproduction du chien La stérilisation chez la chienne

La stérilisation chez la chienne

la stérilisation de la chienne

La stérilisation des animaux de compagnie est souvent l'objet de discussions. En effet, de nombreux propriétaires de chienne refusent la stérilisation chirurgicale, qu'ils considèrent comme une mutilation, un acte irréversible qui va changer le comportement de leur animal. Si l'on raisonne du point de vue de l'animal, et non de l'homme, qu'en est-il vraiment ?

Malheureusement, les gens ont de plus en plus tendance à identifier leur chien à une personne, ils lui attribuent des pensées et des sentiments humains. Il faut toujours se rappeler qu'un chien est un animal, qui réagit en tant qu'animal et de ce fait ne ressent pas du tout les choses et les événements comme nous.

Un chien est en grande partie guidé par son instinct et par ses hormones. Ceci est notamment vérifié dans son comportement sexuel : une chienne a des périodes d'activité sexuelle en rapport avec un taux d'hormones sexuelles élevées. En dehors de ces périodes (les chaleurs, qui durent trois semaines, deux fois par an en moyenne), tout intérêt reproducteur a disparu.

Il est donc faux d'imaginer qu'une chienne a besoin, pour son équilibre général, d'avoir eu un contact avec un mâle ou d'avoir une portée.

 

En quoi consiste la stérilisation chirurgicale chez une chienne ?

La solution la plus efficace, la moins coûteuse (à moyen terme) et la moins risquée pour la santé future de la chienne est la stérilisation chirurgicale, qui est définitive. Elle consiste à retirer les ovaires (avec ou sans l'utérus). C'est une intervention courante, pratiquée par tous les vétérinaires.
L'idéal est d'opérer la chienne juste après les premières chaleurs qui apparaissent vers 6 à 7 mois chez les petites races et vers 10 à 12 mois chez les grandes.

 

Les autres solutions et leurs inconvénients

  • La ligature des trompes empêche la fécondation. Mais cette solution conserve le principal inconvénient, votre chienne aura toujours ses chaleurs (les ovaires sont en effet toujours présents et continuent de sécréter des hormones). En revanche, elle ne pourra plus avoir de bébés. Cela n'a donc pas grand intérêt.

  • La contraception médicale (par piqûres ou comprimés). Ce n'est en aucune manière une bonne méthode de « stérilisation » si la chienne n'est pas destinée à la reproduction. En effet, les injections d'hormones, si elles agissent effectivement sur les chaleurs en les supprimant, n'ont pas d'action sur les différents problèmes hormonaux liés à la présence d'ovaires chez la chienne et qui entraînent souvent de graves problèmes de santé avec l'âge. De plus, il n'est pas recommandé d'utiliser ce mode de contraception sur une longue période en raison de ses effets secondaires.

 

Les avantages de la stérilisation sur la santé de votre chienne

Il a été prouvé qu'une sécrétion permanente d'hormones sexuelles ou un dérèglement dans la sécrétion de ces hormones est à l'origine de nombreuses maladies de la chienne adulte.
Ces maladies sont généralement localisées à l'appareil reproducteur, mais elles peuvent atteindre parfois l'organisme entier.
En faisant enlever les ovaires à votre chienne, vous supprimerez les glandes qui sécrètent ces hormones sexuelles et diminuerez de façon importante le risque d'apparition de ces maladies.

Les maladies de l'appareil reproducteur

  • De nombreuses chiennes développent à partir d'un certain âge des kystes au niveau des ovaires. Ces kystes ne sont souvent pas cancéreux, mais ils induisent une sécrétion augmentée et permanente d'hormones, ce qui a pour conséquence des chaleurs prolongées ou plus fréquentes et des risques d'infection utérine.
  • Les tumeurs mammaires sont malheureusement fréquentes chez la chienne. Elles pourraient être évitées, pour la plupart, par une stérilisation précoce, c'est à dire après les premières chaleurs.
    En effet, la quasi-totalité de ces tumeurs ne se produisent que si les mamelles de la chienne ont subi une forte imprégnation hormonale après plusieurs cycles de chaleurs.
  • Le pyomètre est une infection très grave de l'utérus qui, si elle n'est pas soignée à temps, peut entraîner la mort de la chienne. Il est favorisé par un déséquilibre hormonal. Une grande quantité de pus s'accumule à l'intérieur de l'utérus.
    Le traitement le plus efficace lors d'un pyomètre est une ovario-hystérectomie (ablation de l'utérus et des ovaires). Cette opération, bien supportée par une chienne en pleine santé, ne l'est malheureusement pas par une chienne malade.
    En effet, le pyomètre évolue souvent depuis plusieurs semaines quand il est diagnostiqué.
    Lors d'un pyomètre à un stade avancé, la chienne risque une rupture de l'utérus qui entraîne une péritonite très grave, elle risque également une atteinte des reins car cette infection entraîne la production de toxines à toxicité rénale.

Les maladies générales

L'action des hormones sexuelles (œstrogène et progestérone) se fait aussi au niveau d'autres organes, et peut être à l'origine de maladies graves. C'est le cas notamment du diabète, maladie qui peut être favorisée par un dérèglement hormonal.

Les maladies « comportementales »

La stérilisation permet d'éviter les inconvénients des chaleurs (attirance des mâles, fugues, pertes de sang, hurlements, énervement).

La grossesse nerveuse est un phénomène purement hormonal, qui se traduit par une modification du comportement associé à des changements physiologiques. Elle se produit environ deux mois après les chaleurs. La chienne se comporte comme si elle allait avoir des petits : elle se fait un nid, elle peut devenir agressive. Puis peu à peu, ses mamelles se gonflent de lait. La chienne peut également adopter un objet comme si c'était son petit, son appétit est variable, soit diminué, soit augmenté.
Si votre chienne présente une grossesse nerveuse, votre vétérinaire vous donnera le traitement adapté sous forme de comprimés ou de gouttes buvables.
Malheureusement, ce traitement n'agit que temporairement et il est très probable que d'autres grossesses nerveuses aient à nouveau lieu par la suite. Certaines chiennes ont une grossesse nerveuse après chaque période de chaleurs.
Seule la stérilisation par ablation des ovaires résout définitivement ce problème.
Permettre à sa chienne d'avoir une portée n'évitera pas la récidive, car les grossesses nerveuses ne traduisent pas un besoin pour la chienne d'avoir des petits, mais juste une surproduction d'hormones.

Et bien d'autres modifications comportementales peuvent être associées à la stérilisation.
Il est fréquent de dire qu'une chienne stérilisée est moins active, plus grosse et moins câline qu'une chienne non stérilisée. Il n'existe aucune règle quant au changement comportemental d'une chienne après l'ablation des ovaires.
Ceci dépend avant tout de son caractère, de son mode de vie et de l'âge auquel l'intervention a eu lieu.

 

Les modifications physiologiques associées à la stérilisation

Les effets sur la croissance

La stérilisation d'une chienne jeune n'entraîne pas de retard de croissance, contrairement à une idée reçue. Elle a même tendance à prolonger la croissance après l'âge de la puberté car l'absence d'hormones sexuelles retarde l'ossification des cartilages de croissance (zone de croissance des os).

Les effets sur le vieillissement

Les problèmes de santé sont moins nombreux chez les chiennes stérilisées. Elles vivront donc plus longtemps et vieilliront mieux, en particulier grâce à une alimentation équilibrée et adaptée. Vous trouverez des aliments spécifiques pour la plupart des chiens (chien stérilisé, chien âgé, chien ayant tendance à grossir, grande race ou race naine) dans la boutique Wanimo.

Les effets sur le poids et les maladies associées

Il est vrai que le métabolisme d'une chienne stérilisée est différent de celui d'une chienne « entière ». Cela signifie que les calories ne sont pas utilisées de la même manière.
A régime alimentaire égal, une chienne stérilisée peut avoir tendance à « emmagasiner des réserves », tandis qu'une chienne non stérilisée va immédiatement brûler ses calories.
Une fois stérilisée, une chienne a donc besoin de moins d'énergie et son activité physique va diminuer, surtout dans les premiers mois après l'intervention.
Il faut donc restreindre son apport calorique, en diminuant la quantité de nourriture distribuée ou en lui donnant une alimentation allégée. En surveillant bien son alimentation après l'opération et en lui faisant faire un exercice régulier, votre chienne conservera sa ligne.