Wanimo Véto

Wed27082014

Derniers ajouts

Back Vous êtes ici : Chiens Santé Parasites et maladies parasitaires chez le chien La dirofilariose chez le chien

La dirofilariose chez le chien

Chien chez le vétérinaire

La dirofilariose canine est due à la transmission d'un parasite interne (Dirofilaria immitis) par un moustique (Culex pipiens). L'autre nom de cette affection : « maladie des vers du coeur », laisse deviner l'impact de la dirofilariose.

Qu'est-ce-que la dirofilariose ?

La dirofilariose est une maladie cardiaque du chien que l'on rencontre un peu partout dans le Monde, dans les zones tropicales mais aussi dans certaines zones au climat tempéré. Le Sud de l'Europe est concerné, notamment la côte méditerranéenne et le Nord de l'Italie. Il existe aussi des quelques cas dans les Dombes par exemple.

Cette maladie est due à un ver rond, Dirofilaria immitis, qui parasite le cœur du chien. Ce ver est transmis au chien par la piqûre de certains moustiques. Suite à la piqûre d'un moustique infecté, une larve (microfilaire) pénètre sous la peau du chien et évolue, puis migre vers le cœur une fois adulte et s'installe dans les artères pulmonaires. Ils vont ainsi gêner le fonctionnement du cœur et entraîner à long terme, ou, en cas d'infestation massive, un syndrome hémolytique grave qui relève de l'urgence ou encore une obstruction de la veine cave.

 

Quels sont les signes de la maladie ?

Les signes apparaissent généralement plusieurs mois après la piqûre infectante, voire des années après seulement. Elle se traduit par des problèmes cardiaques (insuffisance cardiaque droite) et respiratoires : toux, difficultés respiratoires, fatigue, syncopes à l'effort, perte de poids et fonte musculaire, épanchement abdominal et parfois thoracique, problèmes rénaux

Le syndrome « veine cave » est une forme particulièrement grave de la maladie, lorsque l'infestation est massive. Les signes sont variés : anorexie, léthargie, affaiblissement, ictère (jaunisse) ou muqueuses pâles, hémoglobinurie (urines sombres), tachycardie.

Le diagnostic se fait en fonction des signes cliniques, des résultats des examens sanguins et du contexte épidémiologique. Le vétérinaire peut aussi rechercher des micro-filaires dans le sang ou faire un test sérologique.

 

Cette maladie est-elle grave ?

Cette maladie est très grave si les signes sont déjà avancés, et les séquelles sont importantes même en cas de réussite du traitement.

Il existe des traitements pour éliminer ces vers, mais ils ne sont pas sans danger, car la destruction des vers entraîne des réactions de l'organisme : fatigue, anorexie, fièvre, toux, risque de thrombose. De plus, les injections sont douloureuses et peuvent entraîner des problèmes locaux.
L'animal traité devra rester au repos le plus complet possible pendant au moins un mois voire davantage.

 

Comment protéger mon compagnon ?

Cette maladie étant potentiellement très grave et d'évolution lente, il est préférable de s'en prémunir. Pour cela, des précautions sont nécessaires :

  • éviter les sorties crépusculaires en zone contaminée
  • éviter les marais et autres lieux humides si possible, notamment à la tombée de la nuit
  • mettre des moustiquaires aux fenêtres

Le meilleur moyen reste toutefois le traitement prophylactique : le vétérinaire pourra vous prescrire un médicament préventif avant de partir en vacances dans le pourtour méditerranéen ou dans les tropiques. Il s'agit de comprimés qui protègent votre compagnon pendant un mois. Il faut les prendre avant le départ et continuer le traitement un mois après le retour. N'hésitez pas à lui en parler.

Sachez que le collier Scalibor protège votre compagnon des piqûres de certains moustiques, dont Culex pipiens, contre lesquels il est efficace pendant 6 mois !



Crédits photo : © Eric Isselée iStockPhoto